Marjorie Thery

JOURNALISTE À BILAN

Voter avec la tête ou avec le cœur?

Dès qu’il s’agit de votations, je me range assez naturellement du côté rationnel de la table, avec analyse froide et distanciée des conséquences économiques du vote. Mais pas cette fois. Pas s’agissant de l’initiative dite «d’autodétermination», soumise au peuple le 25 novembre prochain. Cette fois, la famille politique des initiants (l’UDC) et les prises de position n’entrent pas dans mon équation. Pas plus que les discours et études sur les risques, devenus inaudibles pour moi. Seules des questions de valeurs et de choix de société me viennent à l’esprit. Et elles me font pencher en faveur de cette initiative. Pour au moins trois raisons. 

Premièrement, pour des raisons démocratiques. Je n’arrive pas à concevoir qu’en tant que citoyen ou entreprise, je doive potentiellement me plier à des règles internationales plutôt qu’à notre Constitution. Cela d’autant plus qu’à l’heure actuelle, il n’existe pas de «gouvernement du monde» qui ait été élu, mais plutôt quantité d’instances supranationales à la gouvernance floue et élastique, qui se sont arrogé des pouvoirs de coercition. A l’image de l’OCDE, par exemple, qui n’a d’ailleurs eu de cesse de s’acharner contre la Suisse ces dernières années. 

Des pratiques inacceptables

Deuxièmement, car la Suisse échappe (encore) à deux pratiques à mon sens inacceptables: l’extraterritorialité du droit et l’application rétroactive des lois, traités et autres règlements. Les Américains en sont devenus friands et les Européens s’en inspirent de plus en plus... 

Troisièmement, car je ne veux pas que la vie politique devienne si complexe qu’elle en soit totalement illisible, au risque d’encourager encore un peu plus les mouvements extrémistes de tous bords. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."