R Payro

FONDATEUR DE PAYRO COMMUNICATION

Economiste de formation, Ricardo Payro a débuté sa carrière comme private banker chez Pictet & Cie. Après 6 ans au contact des clients privés, il crée et dirige le département Communication de la Banque, dont il a conçu les premières règles d’identité visuelle, les premières campagnes publicitaires et le premier site web.

En 2000, il rejoint la Banque SYZ & CO, la «success story» du monde bancaire genevois, dont il initie également toute la stratégie de communication. Il a ainsi doté la Banque SYZ & CO et ses fonds OYSTER d’une image forte et distinctive, notamment à travers des campagnes publicitaires remarquées. En 2013, il fonde Payro Communication, qui fournit aux entreprises, en particulier dans le domaine financier, des services de communication traditionnelle et digitale.

Ricardo anime le blog Finance Corner qui est consacré aux nouvelles et problématiques de la place financière genevoise.

Vive la banque privée offshore suisse!

La fin programmée du secret bancaire et surtout les problèmes aigus que soulève l'activité transfrontalière des banques helvétiques peuvent laisser penser que l'avenir du private banking suisse passe uniquement par des implantations locales et donc par la gestion dite onshore.

La gestion onshore semble la solution évidente

Bien sûr, en ouvrant des bureaux sur place avec des entités domestiques employant du personnel local, on s'affranchit de la problématique de l'accès aux marchés. De plus, on peut imaginer que l'acquisition de clients soit facilitée puisque des banquiers privés du cru pourront faire fructifier plus pleinement leurs réseaux de contacts personnels. De leur côté, les clients seront également plus facilement rassurés par un accès plus facile à leur banquier. Enfin, cet ancrage local et une plus grande proximité devraient permettre une meilleure connaissance des problématiques d'investissement nationales et donc de proposer une gestion plus adaptée à la culture et aux spécificités fiscales des clients.

Mais le private banking offshore reste inégalé

Cette voie n'est pourtant pas la seule envisageable et le private banking offshore suisse – fiscalisé bien sûr - bénéficie de 5 avantages importants par rapport au modèle de l'implantation onshore:

  1. Meilleure efficacité opérationnelle. Pour les banques, il est évident qu'il est plus efficace de concentrer une activité dans un seul centre plutôt que de diviser leurs forces en une multitude de bureaux de moindre importance.
  2. Plus de compétences à disposition. Pour les clients, c'est également l'assurance de disposer d'un bassin plus riche de spécialistes pour résoudre leurs différents problèmes.
  3. Expérience inégalée. La Suisse demeure encore le modèle à suivre en matière de gestion privée haut de gamme, tant par la qualité des private bankers que par un style de gestion unique, qui combine une relation personnelle forte, une grande diversité de placements disponibles, avec une longue expérience de l'exercice du mandat discrétionnaire.
  4. Emulation. La Suisse abrite les plus grands acteurs du private banking. Cette concentration entraîne une émulation et une amélioration de la compétence, ainsi qu'une saine concurrence, dont bénéficient naturellement les investisseurs.
  5. Richesse de la clientèle internationale. C'est peut-être le facteur de succès le plus important mais le moins reconnu. En effet, la clientèle des banques suisses est très internationale et cette diversité des besoins, des points de vue, des cultures et des idées d'investissement crée un véritable cercle vertueux. Si les banques suisses sont reconnues aujourd'hui comme des expertes en gestion internationale multi-monnaies ou en fonds alternatifs, c'est souvent leurs clients qui leur en ont soufflé l'idée!

Les banques domestiques ne s'adressent en général qu'aux investisseurs locaux. Cela leur permet peut-être de développer une bonne connaissance de leur terroir, mais cela constitue également leur limite. Tout comme une population a besoin de sang neuf pour ne pas dégénérer à force de mariages consanguins, le private banking devient meilleur quand il multiplie les échanges.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."