Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

VISITES/Les Journées du Patrimoine sont pour les 1er et 2 septembre

Crédits: DR

Voilà qui sent l'automne! Le site de l'organisation a rempli son devoir et par conséquent ses espaces virtuels dès la fin juin. Plus agréable à consulter dans la mesure où elle se laisse feuilleter, la traditionnelle brochure carrée est disponible depuis la mi-août (je l'ai trouvée à l'Espace Ville de Genève du pont de la Machine). Tout semble prêt pour les Journées du Patrimoine, dont certaines visites exigent une réservation. Les choses ont l'air de rouler comme d'habitude pour cette 25e édition helvétique d'une manifestation partie en 1984 du pays où l'on a inventé à la fin du XVIIIe siècle le mot vandalisme. Je veux dire la France (1). Et pourtant... 

D'abord, les dates ont changé. D'habitude, ces deux jours se situaient le second week-end de septembre. C'était, au bout du Léman, la semaine dite du «Jeûne genevois». Tel n'est plus le cas. Il s'agira en 2018 des 1er et 2 du mois, soit en même temps que Le Livre sur les quais à Morges, le grand rendez-vous éditorial de l'année. Il faudra donc choisir. Il y aura en plus un subtil système de décalages. La Suisse proposera quatre samedis et quatre dimanches, afin que les amateurs puissent rayonner. «A chaque fois, une région du pays présentera son patrimoine culturel et invitera ses voisins, de Suisse ou des pays limitrophes, à le découvrir, se plaçant ainsi sous la devise sans frontières», explique Jean-François Steiert, président du Centre Nike (1). Tout cela apparaît bien gentil. Bien intentionné. Mais, en dépit de ses 100 pages, je n'ai vu dans la brochure aucun calendrier sur les festivités des autres cantons helvétiques.

Sans frontières 

Le thème de l'année est donc «Sans frontières». Le moins qu'on puisse dire est qu'il n'engage à rien. Il en va du reste ainsi depuis quelques années. Les Journées peinent à trouver du nouveau. Les choses n'iront pas mieux ces prochaines années. 2019 devrait tourner autour des «Couleurs». Et si 2020 proposera le thème, aujourd'hui brûlant, de «Verticalité et densification» en évacuant sans nul doute toute polémique, l'an 2021 a pour titre (provisoire) «Construction et artisanat». Du vent! Nous sommes entrés dans l'âge du fourre-tout. Il faut dire que les Journées servent aussi (et parfois surtout) à donner bonne conscience au politique. Je n'irai pas jusqu'à prétendre que l'événement relève de la mascarade, comme me l'avait dit l'an dernier un de mes interlocuteurs m'ayant demandé après publication de retirer le mot de sa bouche. Mais il y a un peu de ça.

On s'auto-congratule donc beaucoup dans les messages officiels publiés dans la plaquette. Pour Genève, l'écologiste Antonio Hodgers, que les méchants ont surnommé «le bétonneur vert», parle de la «responsabilité de protéger et de valoriser notre héritage», alors que le Conseil d'Etat a refusé un vote populaire sur le Plaza en jouant d'une argutie juridique et que la démolition de la maison du Jeu de l'Arc se précise. Rémy Pagani d'Ensemble à Gauche préfère, lui, évoquer la jeune Déclaration de Genève concernant les villes touchées par la destructions délibérées de vestiges historiques. C'est beau et noble, mais surtout loin de nous. Heureusement qu'il existe des organisations comme «Contre l'enlaidissement de Genève». Le groupe avait proposé ses contre-visites en 2017. Espérons qu'il en ira de même en 2018 et que l'idée fasse des petits. Une cité comme Lugano a été massacrée en deux décennies.

Choix difficile 

Je vais maintenant cesser de maugréer pour donner des détails pratiques. Certaines choses resteront des classiques comme la barque La Neptune pour Genève ou Payerne, dont il sera possible de voir le chantier de restauration de l'abbatiale romane. Un gros accent se verra mis sur la seconde moitié du XXe siècle. Le patrimoine est en effet noyauté par des architectes se cherchant des pères et des grands-pères afin de justifier leurs œuvres. L'aéroport de Cointrin lui-même se retrouvera pris en considération. «Sans Frontières» oblige, il y aura un ou deux sauts en France. Le château de Voltaire a Ferney vient de rouvrir après travaux. Il pourra donc se voir jumelé avec Les Délices. Sont aussi prévus beaucoup de sites naturels, ou alors blottis au sein de la nature. Ils iront des cours de ferme au cours de la Versoix. Le Valais proposera des alpages et Vaud des vignobles en espérant le beau temps. Soyons bucoliques!

Que choisir? Impossible de répondre. Les visites en campagne ne pourront par définition pas être nombreuses. Il faut toujours penser aux distances. Le parcours se révélera plus facile en ville, même si la manifestation me paraît victime de son succès en Suisse romande (outre-Sarine, elle attire curieusement moins de monde). Si je devais sélectionner, je prendrais à Genève le quartier de la Tour-Maîtresse et la cour de ferme au Château des Chavannes. Dans le canton de Vaud le Bavaria en chantier à Lausanne et le Cercle de l'Ermitage moderniste (c'est du Sartoris) d'Epesses. A Fribourg l'ancienne Brasserie du Cardinal en pleine reconversion et l'ancien P.A.A. de Grolley, construit pour l'armée à partir de 1968. A Neuchâtel le patrimoine des Trente Glorieuses, qui n'a pourtant selon moi rien de glorieux. C'est brutaliste-brutaliste, comme le voulaient les sinistres années 1970 . Il y a aussi le Jura et le Berne francophone, à ne pas oublier. Cela dit, pour Berne, Sonvilier et Valbirse me semblent bien modestes. La Suisse n'est ni l'Italie, ni la France, ni l'Angleterre...

(1) Les Journées auront lieu en France les 15 et 16 septembre.
(2) Nike n'a évidemment aucun rapport avec les vêtement de sport du même nom. Il s'agit de la Nationale Informationsstelle zum Kunsterbe.

Pratique 

Journées européennes du patrimoine, samedi 1er et dimanche 2 septembre en Suisse romande. Sites www.journeesdupatrimoine.ch et www.venezvisiter.ch Pour la France, c'est www.journees-du-patrimoine.com

Photo (DR): Le téléphérique du Salève fait partie des réjouissances sans frontières.

Prochaine chronique le vendredi 24 août. Avons-nous vraiment passé au "tout-contemporain"?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."