Aline Isoz

CONSULTANTE EN TRANSFORMATION DIGITALE

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes et est notamment membre du comité du Cercle suisse des administratrices, experte Vigiswiss (association suisse des data centers) et de conseils consultatifs. Depuis la création de son entreprise Blackswan en 2010, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant que consultante, et en tant que chroniqueuse pour le magazine Bilan et le quotidien Le Temps. En 2015, elle a lancé alineisoz.ch, une initiative de coaching et d’accompagnement digital pour les PME romandes.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris

Vine…,vedi, vici

logo vineNe vous inquiétez pas, il n’y a pas de coquille dans le titre : il s’agit d’une subtile allusion à la nouvelle application sous le giron de Twitter lancée en janvier, Vine. Et d’un jeu de mots un peu facile, je vous l’accorde. Mais là n’est pas le propos.

Vine est donc le nouveau phénomène du web, même si – une fois de plus – il faut relativiser la portée réelle des phénomènes digitaux (hormis celle des chorégraphies absurdes). Ceci dit, il se pourrait bien que là, on en tienne un. Après que chacun a pu se prendre pour Doisneau ou LaChapelle grâce à Instagram, voici venu le temps pour les geeks/hipsters de se concevoir en George Lucas (moins les effets spéciaux), en Tarantino (moins le talent) ou en Quentin Dupieux (moins la musique).

 

Nous vivons une merveilleuse époque, si stimulante… « Le web, révélateur de talents », voilà qui ferait une belle signature de campagne, non ?

Il y avait Twitter et ses 140 caractères, figure imposée pour les rédacteurs de tout poil, Vine et ses boucles de 6 secondes viennent donc à leur tour frustrer les élans créatifs, mais ceux des vidéastes, cette fois. Comme pour Twitter, on observe déjà ceux qui, parmi les utilisateurs, ont un concept en tête (Hatman et son Vine Guide to Switzerland, Mark Weaver et ses logos animés, etc.) et ceux qui… font des vidéos de 6 secondes.

Somme toute, cela semble assez logique qu’après le texte (trop compliqué), la photo (trop contraignante), la vidéo ait son heure de gloire ; si Twitter peine encore à se généraliser et touche un public « restreint », notamment en Suisse, le réseau a néanmoins réussi un tour de force : instaurer le hashtag comme code universel de filtrage des contenus. Instagram, Facebook (l’annonce a déjà été faite et une de mes chroniques s’étale largement sur le sujet) et désormais Vine, le dièse devient aussi essentiel à la stratégie de communication des individus qu’à celle des entreprises.

Bien sûr, on peut y voir la confirmation du règne du vide : des chats et des enfants en boucle, des morceaux choisis de soirées entre amis, des indéfinissables, il paraît clair que tous ceux qui sont inscrits sur le réseau n’amènent pas forcément leur pierre à l’édifice. Néanmoins, ils ont le mérite de montrer que la faute n’incombe une fois de plus pas à l’outil, mais bien à l’utilisateur.

Finalement, il en va de Vine comme de Twitter, Pinterest, Facebook, et consorts : s’ils sont à la portée de tout un chacun du point de vue de l’accès immédiat, l’appréhension de leur potentiel reste le privilège des plus stratégiques, ceux qui ont compris depuis longtemps que l’intérêt d’un outil n’est pas ce qu’il propose, mais bien ce qu’on en fait… 

 

PS: je vous aurais bien mis un exemple directement pioché sur Vine pour illustrer mon propos, mais la plate-forme n'inclut pas encore le nouveau venu dans ses sources vidéo...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."