Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

VEVEY: Nourritures intellectuelles à l'Alimentarium

C'est un joli bâtiment 1900, construit en pierres de taille dans un style Louis XVI repensé. Du moins à l'extérieur. L'intérieur, à l'exception de l'ancien bureau directorial, conservé comme une relique, a subi tous les outrages. La maison Nestlé du quai Perdonnet, à Vevey, a été éventrée pour la transformer en un musée, l'Alimentarium. Un machin voulu ludique et convivial. Il s'agissait d'en faire, à destination du grand public, une sorte de parc d'attraction nutritif.

Ouvert en 1985, l'Alimentarium va subir d'important travaux dès l'été 2014. Il y en aura jusqu'en 2016. On ne peut pas dire que le décor soit décati. Il se serait plutôt démodé. En attendant que le lieu, aujourd'hui dirigé par Andres Furger (qui coiffait précédemment à cette charrue à chiens qu'est le Musée national de Zurich) ferme, il propose une dernière exposition sous sa forme actuelle. Titre, «Délices d'artistes». Contenu improbable. Il s'agit d'expliquer à ceux qui ne savent rien (au départ) ce qu'est une nature morte. Symbolique comprise.

Tableaux et gadgets visuels

Le parcours commence à l'étage, avec des tableaux de toutes époques, et surtout de tous niveaux. Dire que les visiteurs les voient bien serait beaucoup s'avancer. Les peintures se trouvent dans des vitrines éclairées au néom par le haut. Il y a notamment là des choses prêtées par le Musée d'art et d'histoire de Genève (MAH). Citons ainsi, au rayon hollandais, un «Intérieur de grange» de David III Ryckaert (1612-1661) ou une toile d'Abraham Hendricksz van Beyeren (1620-1690) L'ensemble est dominé par une gigantesque toile (191 sur 291 centimètres), provenant elle aussi du MAH. Il s'agit d'un «Intérieur de boutique» de Giacomo Legi 1660-1640). Une pièce que je n'ai pas le souvenir d'avoir connu sur un mur genevois, bien qu'elle soit entrée dans les collections en 1839.

Ces œuvres se devinent donc. Il faut dire que l’environnement immédiat leur porte tort. Elles sont juste à côté de la reconstitution d'un supermarché. La suite se trouve une volée d'escalier plus haut. C'est la partie décryptage. Il y a là plein de gadgets techniques, histoire d'amuser les enfants. Les commissaires (Denis Rohner et Camille Prenez) glissent comme chat sur braise quand il s'agit d'expliquer. On a abusé selon eux de la symbolique du couteau qui tombe, de l'épluchure en spirale du citron ou de la montre. Les spécialistes vous diront pourtant que, si elle s'atténue après 1660, cette évocation de la brièveté de la vie et de la vanité des plaisirs reste omniprésente dans la peinture hollandaise de la première moitié du XVIIe. Il s'agit là de l'art religieux d'un pays majoritairement protestant.

Versions contemporaines

Le plus intéressant se révèle la partie contemporaine. Des créateurs ont repris et développé ces thèmes, généralement sous forme de compositions photographiques. Mort en 2011 à 37 ans, Laurent Meynier montre un crâne, une mouche et du sucre. Joachim Lapotre, né en 1978, introduit les produits du McDo dans le monde figuratif classique. Aujourd'hui âgé de 51 ans, le Suisse Guido Mocafica, révélé aux Rencontres d'Arles en 2008, s'est fait une spécialité de la mise en scène de natures mortes. C'est eux qu'il faut soutenir en allant à Vevey. Et n'oubliez pas de regarder la vue sur le Léman en sortant! Elle demeure un des plus beaux panoramas de Suisse.

Pratique

«Délices d'artistes», Alimentarium, quai Perdonnet à Vevey, jusqu'au 30 avril 2014. Tél. 021 924 41 11, site www.delicersdartistes.ch ou www.alimrentarium.ch Ouvert du mardi au vendredi de 10h à 17h, les samedis et dimanches de 10h à 18h. Photo: Une nature morte de Laurent Meynier, exécutée en 2010.

Prochaine chronique le samedi 31 août. L'Angleterre reste une île artistique. Le BP Portrait Award, le "new display" de la Tate Britain et les échos du salon de la Royal Academy.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."