Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

VEVEY/Ludique, l'Alimentarium nouveau laisse un peu sur sa faim

Crédits: Keystone

C'est un beau bâtiment. Une sorte de Trianon 1900 posé à Vevey sur le quai Perdonnet. Aujourd'hui classé comme «bien culturel d'importance nationale», l'édifice néo-classique a servi de siège pour Nestlé de 1921 à 1936. On sait que la multinationale, née dans les parages en 1866, est ensuite partie non pas sous d'autre cieux, mais à l'autre bout de la ville. Elle loge depuis 1960 dans l'immeuble, alors révolutionnaire, dessiné par Jean Tschumi. Un autre édifice possédant lui aussi le label, pourtant rare, de «bien culturel d'importance nationale»... 

Longtemps déserté, le premier de ces deux lieux a été réhabilité dans les années 1980. Il s'agissait d'y installer un musée d'entreprise dédié à la nourriture. L'Alimentarium a ainsi pu ouvrir ses portes en 1985 avec le soutien de la Confédération et du Canton. Difficile de faire plus officiel que cette initiative privée. La nouvelle institution avait bénéficié de toutes les technologies alors à l'avant-garde et d'un muséographie voulue jeune et dynamique. L'Alimentarium semblait avant tout destiné aux enfants, ce qui n'a pas empêché la création d'expositions parfois pointues. Je me souviens de n'avoir à peu près rien compris à l'une d'elles, aux hautes ambitions scientifiques. D'autres s'étaient voulues plus sociales. Je pense notamment à celle, très amusante, sur les collectionneurs d'aliments: bonbons ou boîtes de sardines anciennes.

Pour les 150 ans de la multinationale 

L'année 2016 marque les 150 ans de la maison ou plutôt de la commercialisation de la farine lactée par Henri Nestlé (1814-1890). La firme elle-même date en effet de 1875. Elle suit la vente de son entreprise par son fondateur à trois capitalistes associés, ce qui fait moins «temps héroïques». Il fallait marquer le coup. Il y a environ deux ans, l'Alimentarium a donc fermé pour rénovations. La nouvelle formule est accessible depuis le 4 juin dernier. Je l'ai vue pour vous. Il s'agit d'une refonte complète du projet, qui passe par la quasi disparition des collections historiques. Notons que l'immeuble lui-même revient de loin. En 2013, Nestlé avait dû faire marche arrière. Son projet d'agrandissement moderne à côté avait suscité un tollé et de nombreuses oppositions associatives. 

Le rez-de-chaussée ne fait aujourd'hui plus partie du parcours. Il s'est mué en espace d'accueil, restaurant, bar et librairie. C'est au premier seulement que commence la visite. Elle se prolonge sur tout le deuxième, qui constituait naguère l'endroit où se tenaient des présentations temporaires. Trois sujets se voient, si j'ose dire, passés à la moulinette. C'est «Moi et l'extérieur», autrement dit l'approvisionnement, «Moi et les autres», qui traite l'aspect social de la nourriture, et «Le Moi intérieur», où l'on parle de digestion. Notons à ce propos que les organisateurs abordent ce dernier thème avec une pudeur digne de 1866. Tout s'arrête avant les intestins et les choses sales qui s'en suivent.

Convivial et interactif 

Il y avait dans la première formule beaucoup d'objets concrets: récipients, ustensiles, affiches et autres publicités Nestlé. Tout cela a presque disparu. La nouvelle version se veut ludique, conviviale, interactive, connectée et surtout simple. S'il y a largement de quoi jouer, les explications données en pressant sur des boutons restent ainsi simplistes, voire simplettes. Il s'agit de parler aux enfants, qui disposent par ailleurs de larges espaces éducatifs. Il y a beaucoup de petits films, et même des extraits de quelques grands. J'ai ainsi reconnu «La grande bouffe» de Marco Ferreri (une séquence convenable, bien sûr), «Le festin de Babette» de Gabriel Axel ou «Vatel» d'Alex Joffé. 

Le deuxième étage, physiologique, dégage comme le reste une morale. Il faut manger sain. Donc peu. Par conséquent sans sel, sans sucre et sans gras, ou presque. N'abusez pas du chocolat Nestlé (la chose n'est bien sûr pas dite, mais elle me semble du coup aller de soi) Pensez à la régularité de vos repas. On sait que de nombreuses campagnes se mettent aujourd'hui en marche contre la «malbouffe» des petits et des adolescents, plus grave encore que «La grande bouffe» de Marco Ferreri. L'obésité menace partout. Fit, fit, fit et vite!

Une visite rapide

La salle la plus intéressante de l'itinéraire reste sans doute l'ancien bureau directorial, qui a conservé ses boiseries faux Louis XVI et dont les fenêtres offrent une vue stupéfiante sur le Léman. Le lieu invite à un chronologie de la nourriture, du fumage découvert il y a quelque 160.000 ans au Nescafé de 1938 en passant par le champagne (1688) ou le percolateur à café (1806). C'est instructif et cela remet les idées en place. En mangeant de conserves, vous accomplissez déjà un geste ancestral puisque les premières sont apparue à l'aurore du XIXe siècle. 

Voilà. C'est tout. La visite du musée dirigé par Ursula Zeller, a été conçue comme courte. Il ne faut pas fatiguer. Le visiteur doit avoir le temps d'une pause (gourmande?) au jardin. J'avoue être un peu resté sur ma faim, ce qui peut sembler étrange pour un musée de l'alimentation.

Pratique

Alimentarium, 25, quai Perdonnet, Vevey. Tél. 021 924 41 41, site www.alimentarium.org Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.

Photo (Keystone): Le bâtiment, qui a donc échappé à l'extension moderne prévue.

Prochaine chronique le samedi 16 juillet. Détour à la Villa Bernasconi de Lancy pour la collection Petignat. Une mère et son fils achètent de l'art contemporain.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."