Jerome Koechlin

SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION ET EN MANAGEMENT

Jérôme Koechlin, spécialiste en communication et en management et enseignant au Médi@LAB de l’Université de Genève, analyse et met en perspective dans son blog les enjeux de la communication moderne et du leadership.

Vers l'agora digitale

L’agora de la communication moderne, c’est l’espace public. Les grands concepteurs de l’espace public sont les philosophes Jürgen Habermas et Hannah Arendt, tous deux d’inspiration kantienne. L’espace public désigne ainsi l’ensemble des lieux et des arènes, à la fois réels et virtuels – « phygitals » pour utiliser un terme d’actualité - où sont débattus les enjeux de la société, relayés par les médias traditionnels, presse, radio et télévision, les médias digitaux et les réseaux sociaux.

L’espace public constitue ainsi l’ensemble des outils communicationnels gérés par les émetteurs que sont les acteurs publics, les hommes politiques, les journalistes, les leaders d’opinion, les chefs d’entreprise, les responsables de communication et, de plus en plus, les diffuseurs d’information libres comme les blogueurs. Internet est désormais un média multimodal en ce sens qu’il offre la possibilité de communiquer d’un ou de plusieurs émetteurs vers de nombreux récepteurs, ce qui élargit l’espace de discussion en ligne. Il s’agit à la fois d’une individualisation et d’une démocratisation des moyens de communication de masse.

Habermas a fait sa thèse de doctorat au début des années 1960 sur l’origine de l’espace public moderne, en le faisant remonter à la période pré-révolutionnaire française. En effet,  le Siècle des Lumières fut l’époque où le bourgeois, s’émancipant de l’arbitraire de l’Ancien Régime, a commencé à faire un usage immodéré de son esprit critique et de sa raison, la ratio, pour rechercher la vérité. Ce foisonnement intellectuel des commerçants, des savants, des écrivains, des journalistes, des médecins et des avocats, né dans les salons, les cafés et les journaux d’opinion, a peu à peu créé un espace délibératif dynamique, qui a participé à la chute de la monarchie de droit divin.

Pour Habermas, l’espace public contemporain illustre un espace rationaliste et communicationnel propre à la discussion. Une sphère publique de libre expression, où tout est discursif et délibératif. La mise en réseau des connaissances, la vitesse des échanges d’information, l’accès aux débats interactifs : l’ensemble des outils de l’ère de la communication et du « village global » sont autant de facteurs exponentiels d’échanges, de transgression des frontières et de « déterritorialisation » de la pensée. Le pouvoir, désormais, c’est l’accès à l’information et la capacité de transformer cette information en connaissance. Habermas estime qu’un espace public suffisamment sensible et intégrateur permet non seulement de percevoir les problèmes de société, mais aussi de les transformer en thèmes de débat et d’engendrer de l’influence auprès de l’opinion publique.

De son côté, Hannah Arendt a développé le concept de « publicisation » dans l’espace public. La philosophe estime que l’espace public est créé par des acteurs qui accèdent à la visibilité publique. Leur action et l’énoncé des enjeux les mettent en scène publique. Il s’agit, chez Arendt, plutôt d’un jugement d’appréciation. Pour Arendt, qui s’inspire de l’agora grecque et de la naissance démocratique du XVIIIe siècle en Angleterre et en France, le lieu de débat des citoyens est un espace de visibilité publique et de figuration.

Pour occuper ce nouvel espace public et cette agora digitale, un leader doit faire preuve de courage et de conviction. Nous vivons dans une société du spectacle et du sensationnalisme qui produit sans cesse des emblèmes débilisants: la campagne présidentiuelle de Donald Trump, l'attention disproportionnée donnée aux excès des footballeurs ou encore la starification indue d'un quart d'heure dont se moquait Andy Warhol. Pour relever le défi, il faut donner toujours plus de force à la raison, à l’argumentation et à l’énonciation des faits chères à Habermas.

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."