Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

VENISE/François Pinault rate son doublé contemporain

Quelques esprits un tant soit peu peu futés ont compris qu'il valait mieux se situer en amont de la Biennale de Venise qu'en confluence avec elle. Ils ont donc opté pour avril. C'est le cas de la Fondazione Peggy Guggenheim, dont je n'ai pas vu l'exposition sur les frères Pollock (car Jackson n'était pas tout seul). C'est aussi celui des Stanze del Vetro. Ce nouveau lieu propose une partie, mais une partie seulement, de l'énorme collection de verres du XXe siècle formée par le marchand zurichois Bruno Bischofberger. Il s'agit des productions finlandaises des années 1930 à 1970. C'est très réussi. J'y reviendrai (peut-être) un jour. 

François Pinault n'aime pas se fondre dans la mêlée, pour parler comme au rugby. C'est donc début avril qu'il a invité ce monde et l'autre à voir ses nouvelles expositions au Palazzo Grassi et à la Punta della Dogana. La première tient de la redite. Quelques mois après le Centre Pompidou, le Grassi consacre une rétrospective à Martial Raysse. On aurait pu croire à une nouvelle étape de la manifestation conçue pour Paris par Catherine Grenier. Eh bien non! Caroline Bourgeois, la femme à tout faire de la Fondazione Pinault, a recommencé le travail. Elle a décidé de brasser les époques du pop-artiste devenu peintre pompier. Quelque 350 œuvres remplissent deux étages. C'est trop pour peu de chose. Passé les années 1960, Raysse n'est plus rien, ce qui ne l'empêche pas d'être acheté en masse par... François Pinault..

Un catastrophique lapsus 

A la fois milliardaire, propriétaire de Christie's, collectionneur de choc et puissant annonceur, ce dernier joue un peu les terreurs. La presse française est donc venue lui rendre hommage au garde-à-vous. Philippe Dagen, qui ne se prend pourtant pas pour la queue de la cerise, s'est ainsi fendu d'un nouvel article géant dans «Le Monde». Et tant pis si la Fondazione Pinault ne décolle pas à Venise, où le public la boude. Notez qu'on y mène les écoliers français en voyage d'étude. Je l'ai vu. 

Le Raysse demeure cependant digne face à la catastrophe que représente «Slip On The Tongue» à la Dogana. Pour ce «lapsus», Pinault a laissé la bride sur le cou de Danh Vo, plasticien danois d'origine vietnamienne. Vo a le vent en poupe. Ce brasseur d'Histoire, ce semi mystificateur a fait grande impression à la Biennale de Venise en 2013. On lui a permis ici de faire joujou avec la collection Pinault, et d'inviter quelques artistes. Il y a 30 noms en tout à l'affiche. On pourrait qualifier le résultat de sans queue ni tête s'il n'y avait pas autant de photos de messieurs dénudés signés par le regretté Peter Hujar.

Questions sans réponses 

A force de voir tout à côté de n'importe quoi dans un vide abyssal (qui a au moins le mérite d'attirer l'attention sur l'architecture intérieure de Tadao Ando), le visiteur se sent perplexe. Pourquoi, à côté de contemporains un peu «hard», y a-t-il un Giovanni Bellini ou un Rodin? Pour quelle raison montrer des enluminures médiévales dans une vitrine clignotante? 

Faute de réponse, il n'y a plus qu'à trouver la sortie, d'où la vue sur Venise se révèle évidemment sublime.

Pratique 

«Martial Raysse», Palazzo Grassi,Campo San Samuele, Venise, jusqu'au 30 novembre, «Slip On The Tongue», Punta della Dogana, Dorsoduro, Venise, jusqu'au 31 décembre. Site www.palazzograssi.it Ouvert tous les jours, sauf mardi, de 10h à 19h. Photo (DR): Une pièce de Fischli & Weiss à la Punta della Dogana.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."