Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

VENISE/Architectures dessinées des XVIe-XVIIIe siècles au Palazzo Cini

Crédits: Fondazione Cini, Venise 2018

Une fondation Cini peut en cacher une autre. A Venise, les amateurs pensent d'abord à l'Isola San Giorgio, acquise en 1951 par le milliardaire italien. Il y a aussi en ville un discret palais, qui se niche non loin de la Peggy Guggenheim Collection. Transformé en musée, le bâtiment a repris du service il y a quelques années après une longue restauration. Celle-ci ont notamment permis de transformer le second étage en lieu d'expositions temporaires liées à la maison. 

En ce moment, le Palazzo Cini propose, en marge de la Biennale d'architecture, un accrochage de projets des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Il s'agit moins de plans et d'élévations que d'idées jetées sur le papier par des décorateurs de théâtre ou de palais. Il se trouve ainsi aux murs nombre d'architectures feintes, comme on les adorait dans l'Italie de la Renaissance et de l'âge baroque. La «quadrattura» exigeait des «sfondatti». Pensez aux fresques, notamment celles des églises. Il fallait bien qu'un spécialiste imagine l'environnement minéral des saints, des martyrs et des angelots s'ébattant sur la voûte. L'illusion d'optique devait se révéler parfaite, du moins en respectant certains points de vue.

Un énorme ensemble 

Les 126 feuilles sélectionnées par Luca Massimo Barbero appartiennent toutes à la fondation Cini. L'entrepreneur était moins un collectionneur qu'un acheteur de collections. Il prenait tout. En bloc. Sans trier. L'ensemble ici présenté s'est donc vu extrait du fonds Antonio Certani (1879-1952), qui ne comprend pas moins de 5000 dessins. L'ensemble est centré sur Bologne. Le violoncelliste et compositeur avait réuni, quand cela restait encore possible, des lots significatifs d'artistes comme les Bibbiena (décorateurs de théâtre) ou les Gandolfi (peintre de fresques et de chevalet). D'une importance capitale, cette énorme collection a été sauvée de la dispersion par Vittorio Cini, qui s'en était porté acquéreur courant 1962. 

La progression se fait selon des époques, en terminant avec le néo-classicisme Le matériau choisi ne lasse pas, en raison du nombre restreint et de la variété respectée. C'est à voir, dans les coulisses de la Biennale. Les expositions sur ce type d’œuvres demeurent exceptionnellement rares.

Pratique

«Architectures imaginaires», Palazzo Cini, Campo San Vio, 864, Dorsoduro, Venise, jusqu'au 19 novembre. Tél. 0039 041 271 02 80, site www.palazzocini.it Ouvert tous les jours, sauf mardi, de 11h à 19h.

Photo (Fondazione Cini, Venise 2018): Un projet de coupole feinte de Flaminio Minozzi.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."