Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

VAUD/Helen Bieri Thomson nommée à la tête du Château de Prangins

Crédits: Site du Château de Prangins

La nouvelle était attendue. Elle vient de tomber, sans se faire mal pour autant. Helen Bieri Thomson est la nouvelle directrice du Château de Prangins, l'antenne romande du Landesmuseum zurichois. L'heureuse élue n'est montée que d'une marche, à moins qu'elle ait gravi un unique échelon. Helen servait jusqu'ici de conservatrice et de directrice suppléante. Elle a donc déjà remplacé Nicole Minder, nommée il y a peu à la tête des affaires culturelles vaudoises en remplacement de Brigitte Waridel, aujourd'hui retraitée. 

A 47 ans, Helen Bieri Thomson tourne dans le circuit depuis un certain temps. On l'a connue responsable de la Fondation Neumann à Gingins. Créée par Vera Neumann en mémoire de son mari Lotar, cette dernière était spécialisée dans l'Art nouveau, de René Lalique à Louis Majorelle. Elle a fonctionné, dans un lieu peu accessible, de 1994 à 2004. La veuve avait dû fermer ce musée privé, vu ses coûts de fonctionnement. Tout s'est alors mal terminé. Lors de ses derniers jours de présentation, l'exposition Emile Gallé a été visitée par des cambrioleurs. La nuit. Il y a eu de la casse. Les pièces dérobées n'ont jamais été retrouvées, à ma connaissance.

Un lieu à remodeler

Helen est entrée par la suite au Château de Prangins, qui avait douloureusement ouvert ses portes en 1998 après des années et des années de travaux. J'ai déjà raconté tout ça. La première scénographie, conçue par François de Capitani, était une véritable catastrophe. Nicole Minder, transfuge du Musée Jenisch de Vevey, et Helen ont dû réparer les choses tant bien que mal. Est ainsi née une exposition permanente sur la vie seigneuriale au XVIIIe siècle intitulée «Noblesse oblige!» Helen Bieri a du coup animé «un pôle de compétences XVIIIe siècle», qu'elle maintiendra bien sûr en place. Encore un pôle! Il y en a désormais pour tout partout. 

Le journal «La Côte», à qui j'emprunte mes renseignements, précise qu'Helen a organisé «une quarantaine d'expositions au cours de sa carrière.» Il cite «Noblesse oblige!» et l'actuel «Louis-Auguste Brun, peintre de Marie-Antoinette», dont je vous parlerai tout bientôt. Précisons tout de même qu'elle est ici directrice de projet, la partie scientifique étant assurée par Martine Hart, qui a consacré une thèse au peintre, mort en 1815. 

Prangins reste un lieu difficile, solidement tenu en laisse par la direction générale de Zurich. Il faut donc souhaiter bonne chance à la gagnante, qui prendra ses fonctions le 1er avril. 

Photo (site du Château de Prangins): Helen Bieri Thomson présentant le parcours «Noblesse oblige!» dans les salons du rez-de-chaussée.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."