Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

UTAH/Ingres et Boucher rendent un enseignant coupable de pornographie

Crédits: RMN/Musée du Louvre, 2017

«Le Monde», sous la plume d'Harry Bellet, s'est tardivement fait l'écho d'une affaire bien américaine secouant aujourd'hui l'Utah. Un professeur d’origine colombienne, Mateo Rueda, a été renvoyé le 8 décembre de l'école où il enseignait. Le drame s'est déroulé quatre jours plus tôt. En proposant des images de tableaux classiques à des élèves âgés de 11 ou 12 ans, le professeur a montré quatre nus féminins. Il s'est excusé. L'un des enfants parlé. Il avait une mère. Américaine de surcroît. Celle-ci a donc porté plainte. Le shérif a soumis le cas au procureur. Celui-ci a refusé d'agir, ne voyant pas là la moindre trace de pornographie. 

Seulement voilà! Nous sommes dans le pays où la chair affole bien plus qu'ailleurs. «In America, sex is an obsession», disait Marlene Dietrich, «In the other countries, i't a fact.» L'école, où une employée a été surprise par la police en train de détruire dans la bibliothèque les images pouvant prêter à discussion, a décidé d'agir. Elle a demandé sa démission à l'enseignant, ce qui l'aurait totalement désarmé. Rueda a donc préféré un renvoi, afin de pouvoir intenter une attaque judiciaire. Avec réintégration ou dommages intérêts. Pour le moment, nous en sommes là, même si le sénateur démocrate de l'Utah Jim Dabakis est publiquement intervenu en faveur du professeur avec un «tweet» bien senti. La politique se fait de nos jours par «tweets» aux USA.

Exposé au Louvre ou à la National Gallery 

Mais quels étaient au fait les tableaux impliqués? J'ai vérifié dans le journal de Cache Reeds, là où s'est produit l'incident. Il y a un nu de face d'Amedeo Modigliani exposé au Courtauld de Londres. «L'allégorie» célèbre d'Agnolo Bronzino, un fleuron de la National Gallery de Londres (Bellet parle en revanche d'un Pontormo), «La petite baigneuse» d'Ingres, en vedette au Louvre. Et, présenté dans le même musée, «L'odalisque brune» de Boucher. C'est sans doute la toile du quatuor possédant la connotation érotique la plus forte. Je vous propose donc cette dernière comme illustration. Si la rédaction Web de «Bilan» m'oblige à retirer l'image, je vous le ferai savoir. 

Photo (RMN/Musée du Louvre): «L'odalisque brune» de François Boucher, peinte en 1749.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."