Emilyturrettini

CHRONIQUE INTERNET

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Un magasin qui ne vend rien

Dans les magasins pour hommes de la marque Bonobos aux Etats-Unis, les clients peuvent boire une bière tout en essayant les différents modèles proposés par un personal shopper. S’ils trouvent leur bonheur, l’achat se conclut sur Internet et ils repartent sans la marchandise, qui leur sera livrée gratuitement dans un délai de deux jours.

Le PDG de Bonobos Andy Dunn, dans USA Today, explique ce concept peu traditionnel après avoir observé que les clients du site aimaient pouvoir essayer les chemises et pantalons avant de les commander. Alors il a ouvert des Bonobos Guideshops à cet effet. Les avantages? Les boutiques ne sont jamais encombrées et il n’y a jamais de queue à la caisse. «Nous estimons que le service personnalisé est un facteur plus important que la gratification immédiate de pouvoir repartir avec un article», explique Dunn. 

Cette pratique - essayer un vêtement dans un magasin puis le commander sur Internet souvent à un meilleur prix - porte un nom: le showrooming. Selon une étude réalisée par IBM, 50% des personnes qui achètent des habits sur Internet les ont essayés dans un point de vente avant de passer leur commande sur le Web.

Une réalité que certains marchands ont maladroitement tenté de contrer, comme ce commerce australien qui a facturé 4 euros les clients qui venaient «juste regarder». Ou cette boutique aux Etats-Unis qui avait instauré un tarif pour les clients qui essayaient des paires de chaussures sans les acquérir.

Les détaillants sont obligés de s’adapter au monde numérique et de se réinventer sans cesse, les consommateurs changeant leurs habitudes d’achat.

La passerelle entre le trafic online et les visites dans les magasins est devenue une nécessité, selon une étude récente sur le commerce de détail. Les marchands sont de plus en plus nombreux à proposer à leurs clients la collecte de leurs achats effectués sur Internet dans une enseigne à proximité, et réciproquement, proposer un service de livraison à domicile pour les articles achetés dans un lieu de vente.

Même le géant du Web Amazon est en mutation. Le site de commerce électronique par excellence, devenu le premier client d’UPS dans le monde et des Postes dans de nombreux pays, a ouvert une librairie en «brique et mortier» à Seattle en novembre dernier, et vient d’annoncer l’ouverture pour cet été d'un deuxième point de vente à San Diego.

Décidément, entre les magasins qui vendent sur Internet et les sites qui ouvrent des magasins, on a le tournis.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."