Colin Xavier

JOURNALISTE

Xavier Colin est journaliste, chercheur associé au GCSP, le centre de politique de sécurité de Genève, fondateur de GEOPOLITIS et ambassadeur de Terre des hommes.

Un été barbare

Robert Sabatier l’avait écrit: «La barbarie, c’est la seconde patrie de la bête humaine!»

Cet été 2014 nous aura offert une affligeante déclinaison de tout ce que la «bête humaine» peut imaginer en actions de pure barbarie.

Décapiter un otage, filmer l’exécution et poster la vidéo sur YouTube? Les djihadistes de l’Etat islamique, en Syrie, n’ont pas hésité à passer à l’acte. En le revendiquant avec fierté, ajoutant ainsi de l’ignominie à la barbarie.

Tirer un missile sol-air sur un avion de ligne, civil, volant à 10 000  mètres d’altitude, provoquant le carnage que l’on sait? Des unités militaires basées d’un côté ou de l’autre de la frontière russo-ukrainienne ont bel et bien osé le faire. En ne reconnaissant nullement leur responsabilité, ajoutant ainsi de la lâcheté à la barbarie.

Survoler des zones urbaines et lâcher des tonneaux de dynamite sur des civils syriens totalement impuissants? Le régime du président Bachar el-Assad en a fait une pratique quotidienne. En se justifiant par la nécessité de lutter contre le terrorisme international, ajoutant ainsi de l’hypocrisie à la barbarie.

Bombarder à dessein une école des Nations Unies à Gaza, sachant qu’elle abrite des dizaines, voire des centaines de réfugiés civils? Les stratèges du Gouvernement israélien, quoi qu’ils en disent, l’ont ordonné. A plusieurs reprises. En livrant toutes sortes d’explications sur la notion – élargie – de «légitime défense», ajoutant ainsi de l’arrogance à la barbarie.

Utiliser sa propre population comme bouclier en cachant armes et munitions dans des écoles ou des hôpitaux afin de limiter les bombardements de l’ennemi? Les combattants du Hamas y ont eu recours. En maintes occasions. En niant la réalité de telles pratiques, ajoutant ainsi du mensonge à la barbarie.

Vendre sur le marché aux esclaves plusieurs dizaines de jeunes adolescentes nigériannes kidnappées? Les adeptes de la secte terroriste Boko Haram n’ont pas renoncé à leurs objectifs. En prétendant agir au nom du peuple et pour son bien, ajoutant ainsi du mépris à la barbarie.

Massacrer des centaines de chrétiens irakiens ou faire fuir des milliers de citoyens yazidis? Les séides du calife autoproclamé Al-Baghdadi l’ont fait, et à grande échelle. En agissant avec impudence au nom du Dieu tout-puissant, ajoutant ainsi du blasphème à la barbarie.

Kidnapper trois jeunes Israéliens, les assassiner et provoquer le désastre que l’on sait, kidnapper un adolescent palestinien, le brûler vif et contribuer au climat de haine que l’on connaît? Des incendiaires des deux bords ont imaginé et réalisé un scénario aussi monstrueux. En parfaite connaissance de cause, ajoutant ainsi un surcroît de préméditation à la barbarie.

Ce fut donc un été barbare. 

Une insulte à l’humanité

Et dire qu’en ce mois d’août 2014 on célèbre, tout en en stigmatisant la folie barbare, le centenaire de la Première Guerre mondiale?

La barbarie de l’été 1914, ce fut, entre autres exemples, la tuerie généralisée du 21 août lorsque, en une seule journée, la France perdit quelque 27 000 soldats! On aura bien lu: 27 000 pauvres gars fauchés par les toutes nouvelles mitrailleuses allemandes dont l’existence était connue de l’état-major, sans qu’aucun avertissement n’ait été formulé à l’endroit de ceux que l’on n’appelait pas encore les «poilus».

Août 1914 - août 2014: même combat? Même barbarie? Même sauvagerie? A défaut de pouvoir éradiquer cette violence aveugle qui constitue une insulte à l’humanité tout entière, il convient – ici ou ailleurs – de la recenser, de la dénoncer et de la combattre. Ajoutant ainsi de l’action à la condamnation. A défaut de quoi, elle se généralisera en se banalisant.

Attention! Cioran l’a prédit: «La barbarie est accessible à quiconque; il suffit d’y prendre goût!»

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."