Andreas Ruhlmann

PREMIUM CLIENT MANAGER À IG BANK

Andreas Ruhlmann, diplômé de la John Molson School of Business à Montréal et détenteur du CAIA (Chartered Alternative Investment Analyst), a évolué plus de 10 ans au cœur des salles de marchés de Saxo Bank et de la Banque Nationale du Canada. Il rejoint IG Bank en février 2014 afin de mettre son expérience au profit des clients Premium de la banque.

Spécialiste du marché des devises, des actions et en analyse technique, Andreas développe également de nombreuses formations sur les stratégies de trading, l’analyse graphique, la gestion de risque et la psychologie du trader. Découvrez les formations sur ig.com

Les opinions exprimés dans ce Blog sont celles de Andreas Ruhlmann et non de son employeur.

Twitter : Lorsque « bon » ne suffit pas

Twitter fait face à deux défis majeurs; générer des profits et accroître le nombre d’utilisateurs. Twitter a livré sur le premier, mais échoué sur le deuxième, du moins selon les expectatives de Wall Street.

Le chiffre d'affaires du 3ème trimestre a augmenté de 114% à $361,3m, ce qui complète un 11ème trimestre d’affilé à plus de 100% de croissance. La société a clairement prouvé qu'elle peut générer des revenus à partir de son application mobile, qui représente désormais 80% des utilisateurs pour 85% du chiffre d'affaires. Le nombre d'utilisateurs actifs a augmenté de 22% comparé à l’an passé, pour atteindre 284 millions d'utilisateurs. Les recettes publicitaires par tweet, sûrement le chiffre le plus révélateur de leur capacité de monétisation, a augmenté de 83%. Dans l'ensemble, les résultats étaient bons, mais «bon» semble ne pas suffire au vu de la chute de l’action.

 Qu'est-ce qui a déçu Wall Street?

Bien que la croissance du nombre d'utilisateurs continue, celle-ci a encore une fois ralentie. De plus l'engagement des utilisateurs qui est évalué par le nombre de vues par utilisateur, a diminué pour le 4ème trimestre consécutif. Surtout la direction a déçu par ses prévisions du revenu pour le dernier trimestre 2014 entre $440 à 450m qui représente une hausse de 81% à 85% par rapport à 2013, donc une forte décélération par rapport à sa moyenne.

Une Histoire brisée?

N’oublions pas que l’action a pris 90% depuis les plus bas d’avril ; une forte correction n’est pas rare après un tel mouvement. Cependant Twitter n’est pas une histoire brisée, loin de là.

Le ralentissement de la croissance du nombre d'utilisateurs est un phénomène connu de tous les grands sites de réseaux sociaux. Son principal rival, Facebook a augmenté sa base d'utilisateurs de 13% au dernier trimestre ; cela ne l’a pas empêché d’atteindre des plus hauts historiques. En outre 73% des utilisateurs sont basés en Amérique du Nord contre 47% pour Facebook, laissant la place à la hausse dans le reste du monde.

La baisse de participation des utilisateurs est préoccupante néanmoins le revenu par utilisateur continue de croître de manière exponentielle et le potentiel de hausse reste élevé. En effet, Twitter génère 1,13 $ par utilisateur par rapport à 2,40 $ pour Facebook.

Perspective du Secteur

Les analystes d’UBS prévoit que la publicité en ligne va croître de 15% par an jusqu'en 2018, contre seulement 5% pour la publicité traditionnelle. La publicité sur mobile gagne également des parts massives sur la publicité sur PC. Avec 85% de son chiffre provenant de la publicité sur mobile, Twitter est clairement parmi les plus prometteurs prestataires du secteur et la chute violente suite aux résultats représente une excellente opportunité d’achat.

 

 

 

Veuillez noter que les informations présentes dans cet article ne constituent pas une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."