Andreas Ruhlmann

PREMIUM CLIENT MANAGER À IG BANK

Andreas Ruhlmann, diplômé de la John Molson School of Business à Montréal et détenteur du CAIA (Chartered Alternative Investment Analyst), a évolué plus de 10 ans au cœur des salles de marchés de Saxo Bank et de la Banque Nationale du Canada. Il rejoint IG Bank en février 2014 afin de mettre son expérience au profit des clients Premium de la banque.

Spécialiste du marché des devises, des actions et en analyse technique, Andreas développe également de nombreuses formations sur les stratégies de trading, l’analyse graphique, la gestion de risque et la psychologie du trader. Découvrez les formations sur ig.com

Les opinions exprimés dans ce Blog sont celles de Andreas Ruhlmann et non de son employeur.

Trump Président - quel impact sur les marchés?

Les sondages et le marché ont eu tout faux. "Encore". Dès le début de sa course comme candidat républicain jusqu'aux dernières minutes de sa campagne, Donald Trump n'a jamais été vraiment considéré comme un concurrent sérieux à la Maison Blanche. Et pourtant...

Face à la surprise, les marchés boursiers ont fortement corrigé durant la nuit, alors que les valeurs refuge se sont appréciées. Les indices boursiers ont depuis récupéré une bonne partie de la chute, et les valeurs refuge ont retracé.

Donald Trump est président des États-Unis et détient le contrôle du Senat et de la Chambre des représentants, ce qui signifie en théorie qu'il a le feu vert pour mettre en œuvre toutes ses idées. Le marché va maintenant observer attentivement à quel point Trump suivra son plan. Et à l'image de sa victoire, ce sera difficile à prédire.

En observant sa campagne, cependant, tout n'est pas mauvais du point de vue de l'investissement. Trump veut baisser les charges fiscales pour les individus et les sociétés, ainsi qu’augmenter les dépenses d'infrastructures. Il a le soutien du Congrès pour le faire, au contraire de Obama durant son dernier mandat. Cela devrait bénéficier au secteur de la consommation et de la construction.

De larges mesures d’assouplissement fiscal devraient également hausser l’inflation, ce qui en définitive profitera au billet vert et aux banques. Ces dernières pourraient également bénéficier si Trump abolit la loi Dodd-Frank mise en place en 2010 pour réduire le risque systémique du secteur financier. D'autres secteurs favorisés par l’élection de Trump sont celui de la défense, ainsi que les producteurs d’énergie traditionnels, au détriment de l'énergie renouvelable. La hausse des taux de la Fed en décembre, qui avait une probabilité de 80% avant l'élection, est maintenant remise en question, ce qui pourrait également être favorable au marché boursier, du moins à court-terme.

Les secteurs pharmaceutiques et biotechnologiques, qui ont été les plus gros perdants depuis le début année, devraient renverser la balance, maintenant que le risque de régulations sur le prix des médicaments est limité.

Cela dit, un point d'interrogation majeur demeure: la façon dont évolueront les relations publiques entre les Etats-Unis et ses partenaires commerciaux. Une potentielle détérioration des relations pourrait avoir des implications politiques et économiques majeures, qui pèseront sur les marchés globaux et le billet vert.

Pour l’instant, mieux vaut éviter les sociétés exportatrices américaines ou les sociétés étrangères fortement exposées aux États-Unis. D'un point de vue politique, nous pouvons nous attendre à ce que cet événement accroisse encore les chances de voir d’autres partis politiques "anti-établissement" prendre le pouvoir. Avec un certain nombre d'événements à venir, tels que le référendum italien le 4 décembre ou les élections françaises l'année prochaine, nous devrions nous attendre à des pics de volatilité autour de ces événements. La tolérance globale au risque devrait également rester faible, en particulier en Europe où l’on perçoit la victoire de Trump d’un bien plus mauvais œil.

Pour la Suisse, l'USDCHF a touché 0.9550, puis a fortement rebondi bien au-delà 0.97. L'impact sur l'EURCHF était très limité avec un bas à 1.0750 avant de rebondir à 1.08; les spéculateurs étant frileux face à la solide BNS, après une tentative ratée durant le Brexit. Les plus grands gagnants sur le SMI sont clairement les pharmas tels que Roche, Novartis ou encore Actelion en hausse de plus de 5%. Clinton était une fervente partisane de la réglementation des prix des médicaments, ce qui pesait lourdement sur le secteur; sa défaire est donc un soulagement.

À long terme, il est par contre difficile d’évaluer comment de potentielles barrières commerciales affecteront les entreprises suisses. Une abolition d'Obamacare laisserait également beaucoup d'Américains sans couverture, ce qui peut avoir un impact négatif sur la demande de traitements et de médicaments. Parmi les perdants se trouvent les banques qui peuvent souffrir de la volatilité du marché et de l'aversion pour le risque. Un report potentiel de la hausse du taux d'interêt de la Fed en décembre est également un aspect négatif à court terme.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."