Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

TRI/Quelles expositions visiter en Suisse? Mes dix choix personnels

Crédits: Keystone

Il me semble parfois bon de faire le point. L'ennui, c'est que ce point n'a rien de fixe. Je dirais même qu'il s'agit d'un point de fuite. Quand peut-on dire que les expositions de la saison sont en place? Et de quel droit affirmer avoir vu toutes celles qu'il faut? Il s'ouvre sans cesse de nouvelles choses, alors que d'anciennes ferment. Dans mon bilan actuel manquent ainsi le «Giacometti-Bacon» de la Fondation Beyeler de Bâle comme le «Gurlitt II» du Kunstmuseum de Berne, qui viennent d'ouvrir leurs portes. 

La sélection comporte comme de coutume cinq coups de cœur. Il y a les cinq «choix raisonnés» habituels. J'ai en revanche renoncé à proposer mon pilori. Pourquoi revenir par exemple sur ce tiercé perdant les Musées d'art et d'histoire de Genève que sont le Hodler du Musée Rath, le Jean Mohr de la Maison Tavel et le Barthélémy Menn du Cabinet des arts graphiques? On ne tire ni sur les ambulances, ni sur les corbillards. Sur ce, voici la les deux listes.

Les cinq coups de cœur

«La beauté des lignes» à L'Elysée de Lausanne. Une belle collection! Le musée lausannois pour la photographie offre une sélection de l'ensemble patiemment réuni à New York par Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla. L'accrochage réunit des images classiques en noir et blanc. Elles ne tombent pas pour autant dans le piège de l'icône pour riches. Une superbe traversée du XXe siècle, vue d'Amérique. Jusqu'au 6 mai. Dépêchez-vous! (www.elysee.ch)
«Ferdinand Hodler-Alberto Giacometti» au Kunstmuseum de Winterthour. Le tandem peut sembler inattendu. Hodler a cependant été lié à Giovanni Giacometti, le père d'Alberto. Très aérée, présentée de manière contemporaine, l'exposition utilise avant tout les fonds de Winterthour et de Zurich. Il y a là des choses magnifiques, rapprochées avec une grande intelligence. Mon article reste à venir. Jusqu'au 19 août. (www.kmw.ch)
«Des jardins et des livres» à la Fondation Bodmer de Cologny. Historique, littéraire, botanique ou d'agrément, le jardin se retrouve décliné sur tous les tons dans une exposition plus vaste que d'habitude. Il y a là des incunables, des manuscrits enluminés, des autographes et même un rouleau assyrien de terre cuite. Réussie, la manifestation bénéficie d'un catalogue de référence. Mon papier paraîtra incessamment. Jusqu'au 9 septembre (www.fondationbodmer.ch)
«Basel Short Stories» au Kunstmuseum de Bâle. L'histoire de la ville au travers d'événements plus ou moins marquants. Ils vont de l'arrivée d'Erasme de Rotterdam à l'enseignement de Friedrich Nietzsche. Chaque thème se voit entouré de variations parfois étonnantes et toujours jouissives. Je pense notamment (mais oui!) à la salle sur les «Christ mort». Un bon moyen d'exploiter les riches réserves de l'institution. Jusqu'au 21 mai. (www.kunstmuseumbasel.ch)
«Arts lointains si proches» au Musée Barbier-Mueller de Genève. Silvia Bächli a eu les mains libres. L'artiste bâloise a pu puiser comme elle le voulait dans le collections afin de suggérer un parcours, qu'elle a par ailleurs ponctué de ses grands dessins à l'encre. Il y a là beaucoup d'idées. Le sous-sol propose par ailleurs des classiques africains ou océaniens faisant partie des fleurons de la maison. Jusqu'au 28 octobre. (www.musee-barbier-mueller.ch

Les cinq choix raisonnés

«La nouvelle objectivité en Suisse» au Musée des beaux-arts de La Chaux-de-Fonds. L'exposition a connu une première version à Aarau. Voici la mouture romande, avec un accent porté sur la peinture des années 1920 et 1930 dans le Jura neuchâtelois. On découvre à quel point la Suisse a pu se voir influencée par la Neue Sachlichkeit allemande. Un grand artiste doit se voir cité. Il s'agit du Bâlois Niklaus Stöcklin. Jusqu'au 27 mai. (www.chaux-de-fonds.ch)
«Ulla von Brandenburg, Color Notation» au Musée Jenisch de Vevey. On connaissait la vidéaste, montrée au Mamco. Voici la dessinatrice. L'Allemande de Paris a conçu une installation spectaculaire. Les murs sont drapés, avec des marques de tableaux fantômes. Le sol se retrouve jonché de grandes aquarelles résolument figuratives. Le musée présente en parallèle la gravure d'Alexis Forel. Jusqu'au 27 mai. (www.museeejenusch.ch)
«Potières d'Afrique» à l'Ariana de Genève. L'Association ARgile a exploré sur le terrain le travail des céramistes du Continent noir. Un travail aujourd'hui concurrencé par le plastique et l'aluminium. Elle a aussi constitué une collection de grandes pièces, confiée au Musée des Confluences de Lyon. Belles poteries. Mise en scène spectaculaire. Rien ici à voir avec ce que l'on eut jadis appelé de l'ethnographie. Jusqu'au 9 septembre. (www.ariana-geneve.ch)
«L'impermanence des choses» au MEN de Neuchâtel. L'ancien Musée d'ethnographie a partiellement rouvert ses portes avec une présentation de longue durée. L'institution dirigée par Marc-Olivier Gonseth imagine un parcours en neuf étapes. Il y a des audaces, comme les coiffes de plumes tribales rapprochées de celles des Folies-Bergères. Il ne s'agit cependant pas d'une exposition facile. Pas de date de fin. (www.men.ch)
«Fashion Drive» au Kunsthaus de Zurich. Les excès de la mode depuis la fin du Moyen Age. Le sujet se révèle bien trop vaste pour se voir maîtrisé. Surtout pour le XXe siècle, où l'on pourrait convoquer tous les défilés actuels. Si le propos convainc finalement peu, il y a de beaux prêts notamment de Vienne. Je pense notamment aux deux armures ouvrant les feux. Je vous en parlerai en détail tout prochainement. Jusqu'au 15 juillet (www.kunsthaus.ch)

Photo (Keystone): Quelques robes d'Yves Saint Laurent des années 1970 inspirées par Mondrian.

Prochaine chronique le vendredi 4 mai. Des «Contenus» à l'Ariana genevois.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."