Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Traversée de la Rade: cessons de pleurnicher!

Nous venons d’apprendre qu’il est fort probable que le rajout de voies sur l’autoroute de contournement se fasse avant la grande traversée de la Rade. Et déjà, les discussions de bistrot reprennent de plus belle.

Mais soyons honnêtes ! La grande traversée, à ce jour, ne servirait que dans un sens, le matin, et dans l’autre, le soir. En effet, les places de travail sont quasiment inexistantes sur la rive gauche que desservirait la traversée et beaucoup plus nombreuses sur le rive droite. Or, l’idée même d’une traversée est bien de se faire dans les deux sens et de délester aussi bien un côté que l’autre, à tout moment de la journée.

Mais voilà, dans notre absence de vision urbanistique, nous avons très bien développé la région de l’aéroport (appelée le triangle d’or) en termes d’emplois, mais pas du tout la rive gauche. Même aujourd’hui, on évoque de déplacer les bisons paissant à l’entrée de l’autoroute pour faire place à une zone industrielle en remplacement de celle de la Praille.

Il serait bon de réfléchir, une fois. Car à la Pallanterie, nous avons déjà une zone industrielle qui ne demande qu’à se développer et qui justifierait pleinement la grande ceinture. Mais c’est oublier l’absence de vision du Grand Genève que nous avons remplacée communément dans le plan directeur par des ronds de couleur, des splashs et des lignes que n’importe quel enfant de deux ans sait faire.

De plus, cela gênerait tous ces 4X4 qui sillonnent la région avec leur remorque à chevaux. On a même entendu pour le CEVA qu’il apporterait une horde de malfrats venus de l’autre côté de la frontière. Mais les malfrats n’ont pas attendu le CEVA et viennent déjà de beaucoup plus loin... Même si nous avons repoussé le problème dans les autres cantons, signe encore de notre manque de vision globale.

Alors faisons un pacte avec Berne et déclassons notre rive gauche pour qu’elle accueille des entreprises. Une fois déclassés, ces terrains devront être aménagés, sinon ils retourneront à leur affectation première. C’est ce que nous avons voté avec la LAT (Loi sur l'aménagement du territoire). La pression sera alors à Berne pour la réalisation de la grande traversée avant 2030, parce qu’aucune entreprise ne voudra se mettre sur la rive gauche sans moyen de communication avec les grands axes (trains, autoroute et avions).

Soyons visionnaires !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."