Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 48 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

Sauver le climat et Greta ou sauver l’industrie automobile britannique, il faut choisir

Range Rover PHEV (Hybride Plugin) 2019

Range Rover Sport à la Furka

Crédits: Thomas Veillet

Il fût un temps si vous vouliez une voiture de luxe, vous achetiez une Bentley ou une Rolls, si vous vouliez un 4x4, vous achetiez une Land Rover, si vous vouliez une voiture française, une Fuego, mais là je ne peux plus rien pour vous. Et puis, si vous vouliez un 4x4 luxueux, vous achetiez une Range Rover.

Malheureusement pour Range Rover, ce n’est plus vraiment aussi facile que ce fût un temps. De nos jours la concurrence fait rage et ce n’est pas facile de sortir du lot. C’est moins facile. Range Rover a de toute façon un gros avantage sur les autres ; c’est une Range Rover. Une fois dedans, plus rien ne semble pouvoir vous arriver et le silence est d’or alors que le luxe semble une évidence, plus qu’une nécessité.

Sauver les espèces en voie de disparition

Néanmoins, avec l’arrivée de la lutte contre le réchauffement climatique, les marques de voitures ont été inévitablement pointées du doigt comme responsable évident de la fonte des glaciers, de la mort des abeilles, de la réduction de l’habitat de la marmotte et bien sûr, de la disparition du dodo. Par contre, la bonne nouvelle c’est que le réchauffement climatique et le dérèglement des saisons à également fait apparaître de nouvelles espèces telles que la starlette de téléréalité ou le chihuahua qui se porte dans le sac à main, voir la Greta Thunberg en colère, difficilement maitrisable quand lancée sur Twitter.

Credit : Thomas Veillet et son iPhone
Range Rover hors piste

Heureusement, pour calmer le jeu et ramener tout le monde à la raison, Range Rover a sorti le Range Rover Sport Hybride, à la fin il ne pollue pas forcément beaucoup moins, mais au moins on a bonne conscience et on dort mieux.

Hybride, ça sonne comme un gros mot des fois

Land Rover suisse m’a donc courageusement mis à disposition leur dernier modèle équipé d’un moteur de 300 chevaux qui ne tourne pas à l’avoine mais à l’essence. Et ils ont couplé ce moteur avec une partie électrique qui permet de rajouter 116 chevaux (électrique cette fois) au moteur classique. Voilà, ça c’était pour la partie théorie.

Maintenant passons à la pratique. Dès que vous passez la porte de la dernière-née de chez Range, il y a cet indéniable sentiment de luxe et de soin du détail. Bon, après si vous avez déjà roulé dans des Jaguar de dernière génération, pour savoir dans quel véhicule vous êtes, il vous faudra vous référez au volant et au logo qui trône au milieu, parce que ceci mis à part, c’est strictement la même chose. On retrouve immédiatement la nuée de boutons tactiles qui sont dans le Velar et dans l’Evoque, tout se recoupe et cela vous pousse à garder les mains sur le volant et nulle part ailleurs au risque de déclencher subrepticement l’ouverture du coffre et d’expulser vos courses sur le capot de la voiture qui vous collait d’un peu trop près sur la route (sûrement un genevois).

Union Jack en cuir

Au passage, je voudrais faire un grand coup de chapeau au designer qui a pensé à faire les petits trous d’aération dans les sièges en forme de l’Union Jack. Je suis certain que la Reine aura apprécié le clin d’œil. Personnellement j’adore ce soin du détail. J’achèterais la voiture rien que pour ça.

Credits : Thomas Veillet et son iPhone
Sur le toit du monde, enfin pas vraiment du monde

Pour la suite, c’est un monstre de silence. Comme sur tout ce qui roule aujourd’hui vous avez un mode sport et d’autres modes qui ne servent à rien, sauf que comme la Range est un hybride, il a quand même fallu que je me force à vérifier comme ça fonctionne. Vous avez donc un moteur électrique qui se couple ou s’accouple (je ne sais plus) avec le moteur thermique et qui facilite l’accélération dès les premiers tours de roues. Au moment où vous mettez les gaz, l’électrique se met en branle et vous avez l’accélération d’une Tesla –enfin, presque – en revanche si vous vous prenez pour Sébastien Loeb un peu trop souvent, vous allez rapidement vous trouver en panne de batterie. Vous pouvez aussi ne rouler qu’en électrique, mais dans ce cas il ne faudra pas envisager d’aller trop loin. Le constructeur donne une autonomie de 49 kilomètres, mais comme il faut imaginer qu’il faut quand même traîner 2.5 tonnes à vide, les différences de poids et le style de conduite peut rapidement vous ramener à 35 kilomètres et 14 kilomètres d’écart en électrique c’est la distance entre deux chargeurs des fois…

Pas besoin de charger si y a pas

L’avantage de la Range Rover Sport, c’est qu’elle a un moteur essence et, contrairement à l’engeance électrique qui nous envahit, elle n’a pas besoin de poireauter 3 heures devant un chargeur pour continuer son périple : vous pouvez continuer à faire fondre les glaciers pendant encore des kilomètres et des kilomètres.

Globalement, à conduire c’est que du bonheur, je me suis même surpris à trouver génial d’avancer sans bruit juste en glissant sur la route grâce à ma batterie électrique, mais dans la montée de la Furka, je me suis trouvé à regretter de ne pas avoir la version SVR avec les 575 purs sangs de la marque… Parce que quoi qu’on en dise ; entre sauver la planète et rouler en V8, le choix restera toujours le même. Et puis quand on regarde, la partie électrique marche moins bien qu’une Tesla, la partie « thermique » pourrait être plus puissante, alors pour se donner bonne conscience c’est une superbe voiture qui fera toujours illusion. Point de vue performances, je crois que je vais choisir de sauver l’industrie automobile britannique.

Thomas Veillet

Bitume.ch

Credits : Thomas Veillet et son iPhone
Première neige

Fiche technique :

  • Range Rover Sport PHEV 2019
  • Puissance du moteur thermique : 300 chevaux
  • Puissance du moteur électrique : 116 chevaux
  • Chevaux fiscaux : 18 cv
  • Boîte à vitesse : automatique à 8 rapports
  • Consommation mixte avec moteur électrique : 3.2 litres aux 100 km (hhhmmmm) – mais dans la vie réelle, comptez plutôt 8 litres
  • 0 à 100 en 6.7 secondes
  • Emissions CO2 : 71 g/km (G) (pas la moindre idée de ce que ça peut bien vouloir dire mais le futur Conseiller Fédéral Hodgers doit savoir
  • Poids : 2464 kilos à vide
  • Comptez 8 heures pour charger la bête à la maison et 3 heures avec un vrai chargeur (pas celui de l’iPhone)

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."