Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 48 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

Maferrari Levante Trofeo

Maserati Levante Trofeo V8 2019

Petit matin à Modène.

Crédits: Photo : Thomas Veillet

Il y a une chose qu’il faut savoir si vous allez à Bologne en avion, c’est qu’il vaut mieux avoir son jet privé que d’utiliser les bétaillères du peuple en passant par Munich, je me suis même demandé si je n’aurais pas mieux fait de descendre là-bas avec la poubelle qui me sert de voiture personnelle plutôt que de prendre l’avion.

Mais quand on se dit que c’est pour finir à Modène pour aller manger DANS l’usine Maserati et pour avoir l’occasion de tester le petit dernier de la famille Levante sur les routes de l’Emilie Romagne, on se dit que l’on peut bien passer 3 heures dans deux avions à sucer des crackers emballés dans des sachets de 1.5 grammes, comme des doses de cocaïne. Enfin, c’est ce que j’ai vu à la télé.

Club Trofeo (Credit T.Veillet)
Credit T.Veillet

Modène en été

Maserati c’est un peu la marque de voiture que l’on connaît moins dans les marques italiennes, mais s’il y a un truc que l’on connaît et que l’on reconnaît chez eux, c’est le bruit caractéristique de l’échappement. Un échappement qui rend dingue le moindre policier municipal qui se prend pour Starsky et Hutch, mais un échappement parfaitement légal. C’est vite vu, après mes deux jours dans la région de naissance de Ferrari, ma nouvelle sonnerie de téléphone, c’est le bruit d’une Maserati qui passe à petite vitesse dans le lever de soleil de la ville de Modène.

Avant d’aller plus loin dans cette chronique, je voudrais tout d’abord m’excuser pour le jeu de mot pathétique que j’ai utilisé comme titre, cependant je crois que cela résume à peu près 80% de l’ADN de la nouvelle Maserati Trofeo. Oui, parce que la marque au trident a remis au goût du jour son SUV. SUV qui représente environ 55% des leurs ventes et qui est en train de réaliser le même exploit que le Cayenne, sauver la marque.

Ferrari inside

Crédits Thomas Veillet
Flying Trofeo

Les ingénieurs de Modène ont donc décidé d’upgrader leur SUV vedette qui jusque-là, avait tendance à être un peu poussif et asthmatique au regard de la concurrence. Moi qui descendait à peine du Stelvio de chez Alfa, j’avoue que je redoutais la comparaison comme le PSG chaque fois que Neymar se couche par terre, de peur qu’il reparte 8 mois au Brésil pour une sombre histoire d’ongle incarné qui s’est infecté.

Il faut que Maserati n’a pris aucun risque, pour améliorer la partie moteur de la bête, ils ont fait confiance à quelque chose qui se rapproche fortement du moteur de la F488 de chez Ferrari, ce qui n’est pas étonnant, puisque le V8 de la nouvelle Levante VIENT de chez le petit cheval cabré. Et j’imagine que cela fait toute la différence, même si le SUV de Maserati doit peser environ 22 fois le poids de la « pista ». Quoi qu’il en soit, le moteur que les copains de Charles Leclerc ont monté dedans offre tout de même pas loin de 590 chevaux et un zéro à 100 en 4.1 secondes. C’est pas mal, sans compter que la version « full power » possède également un « lauch control » qui permet de ne pas patiner dans tous les sens quand on veut démarrer à toute vitesse. Système d’ailleurs très pratique pour fuir l’école une fois que l’on a déposé les enfants ou VITE rentrer à la maison après avoir fait les courses.

Petit frère

Ah oui, parce que j’ai oublié de vous dire, cette année Maserati a sorti la Levante Trofeo qui offre 580 chevaux et deux trois options en carbone en plus et la GTS qui n’affiche qu’un « maladif » 550 chevaux et qui devrait être réservé pour les écolos en mal de bonne réputation. J’ironise, bien sûr. Du coup, quoique bien moins chers, les deux autres modèles de la gamme (avecseront relayés aux oubliettes. Non, parce que, de nos jours, rouler avec un SUV de moins de 500 chevaux, c’est comme rouler avec une Toyota Prius, ça devrait être interdit.

Crédits Thomas Veillet
Chicane mobile

Le Trofeo est donc un véhicule spectaculaire. Spectaculaire pour le luxe qu’il offre à l’intérieur. Tout est cuir et tout est carbone. C’est vraiment la classe. On a envie de rouler dedans et de partir très très loin. Il y a un petit défaut c’est l’insonorisation, c’est tellement bien fait que l’on est obligé d’ouvrir les fenêtres pour être sûr de ne pas s’être fait refiler un véhicule électrique.

Poids puissance, mais poids aussi

Même si on peut reprocher son poids et sa taille au Trofeo – il faut reconnaître qu’elle reste étonnement maniable sur les petites route d’Emilie Romagne, même si, en testant le « launch control » sur la piste d’un aérodrome local, à plus de 230 je me suis demandé comment j’allais pouvoir m’arrêter au seuil de piste, sachant que les ailes et les aérofreins n’étaient pas compris dans la liste des options.

En conclusion, la marque au trident vient de sortir un nouveau SUV pour s’aligner avec la compétition, il n’a pas à rougir, même s’il y a foule sur le secteur. Ils se sont clairement « défoncés » sur l’intérieur et le soin du détail en général et le V8 va mettre à mal pas mal de monde et puis surtout encore et encore, le meilleur moment c’est vraiment de rouler les fenêtres et le toit ouvert, en mode sport, juste pour écouter le bruit. Saut quand vous passez près de Maranello et que le team F1 local s’entraîne. Soudainement la Maserati devient silencieuse et on n’entend plus que Vettel et Leclerc qui bouclent des tours à fond. Enfin, Leclerc surtout, puisque Vettel il s’entraîne à faire des sorties de route.

Maserati Levante Trofeo 2019

  • Moteur : V8 3.8 litres
  • Puissance : 590 chevaux
  • Puissance fiscale : 51 cv
  • 0 à 100 km/h : 3.9 secondes
  • Poids : 2245 kg
  • Consommation : 15-16 litres en mixte
  • Boîte à vitesse : Automatique 8 rapports avec mode séquentiel
  • Il existe également un modèle un peu moins puissant (GTS) qui se distingue principalement au fait que les sorties d’échappement ne sont pas en carbone, contrairement au Trofeo. Mais croyez-moi, vous voulez le Trofeo.
Crédits Thomas Veillet
Salon où l'on cause

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."