Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 48 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

L’incarnation du «4 roues et un volant pour aller du point A au point B»

Dacia Duster 2019, se déplacer, tout simplement.

Dacia Duster 2019.

Crédits: Renault Media Group

C’est l’été, le jour se lève à peine sur le col de la Forclaz et le pinceau de la lumière des phares ne montre qu’une route claire et dégagée. Le cabriolet américain de près de 500 chevaux dans lequel j’ai pris place enroule les virages violemment – clairement le véhicule n’a pas été conçu pour faire de la montagne mais s’adapter plutôt aux longues lignes droites des «highways» américaines. Puis soudain tout au bout de la ligne droite, deux points rouges qui indiquent qu’il y a une proie droit devant, un objectif à dépasser.

Plus la Camaro se rapproche, plus le véhicule au loin semble accélérer. Dans ma tête j’imagine un pilote de rallye en herbe au volant de son «Imprez» qui imagine qu’il ne va pas se laisser dépasser par l’ennemi qui l’approche par l’arrière. Pourtant, comme lorsque le bébé gazelle croise la route d’un tigre du Bengale – pour autant que le tigre en question ait eu l’occasion de partir en vacances dans la savane africaine – on sait comment ça va se finir, la grosse voiture va manger la petite.

L'obstacle

Pourtant plus la cible se rapproche, plus elle semble tanguer et se battre dans les virages comme si elle refusait de céder à l’avion de chasse qui lui fond dessus. C’est une Dacia Duster. Devant moi j’ai un type avec une Dacia Duster qui refuse de se laisser doubler par une Chevrolet Camaro de près de 500 chevaux. Pendant 12 virages le gars va élargir ses trajectoires, s’écarter dans les lignes droites pour que l’on ne puisse pas le doubler… Tout ça pour arriver en haut avant moi alors que le bistrot n’est même pas ouvert à cette heure indue du matin blême d’un mois de juillet.

Credit : Renault Media Group
Dacia Duster on the dust

Depuis cette aventure routière, j’ai toujours imaginé que les Dacia Duster s’apparentaient plus à des «chicanes mobiles» qu’à autre chose. Des voitures extrêmement basiques qui étaient mises à disposition pour aller simplement du point A au point B. C’est d’ailleurs ce que l’on devrait demander à une voiture si nos égaux surdimensionnés et nos complexes physiques ne nous avaient pas poussé à inventer le V8…

La magie 

Et soudain, je vous parle depuis le siège avant d’une Dacia Duster. Si on m’avait dit que j’aurais le privilège – un jour – de piloter ce mythe automobile. Oui, parce que figurez-vous que de nos jours c’est plus simple d’avoir une Aston Martin DBS qu’un Dacia Duster, parce que le Dacia se vend comme des petits pains – soit, il est vrai qu’avec une Aston Martin DBS Superleggera vous pouvez acheter 25 Dacia Duster – forcément, ça démultiplie…

Toujours est-il que Renault peine un peu à les prêter à des misérables chroniqueurs auto. Je vous avouerais platement que je préfère nettement dépanner Aston ou Ferrari que Dacia, mais depuis quelques mois, ma curiosité était piquée au vif… Qu’est-ce que ça peut bien faire de rouler en Duster?

On the road

Alors me voici donc dans les contreforts valaisans à rouler à 40 à l’heure dans les montées pour faire « obstacle vivant » pour les voitures qui montent et je dois dire que ce n’est pas déplaisant. Force est de constater que contrairement à ce que les conducteurs de voitures de sport pourraient penser, la Duster a également un volant. Volant qui peut être installé à gauche ou à droite, en fonction du pays pour lequel la voiture est produite – il y a 5 vraies places, on peut reparler du confort, mais encore une fois, ça n’est pas le point principal que vous recherchez lors de l’achat d’un véhicule pareil.

Credit : Renault Media Pictures
Dacia on the sun

L’équipement est plus que correct et c’est là qu’est le coup de maître. Renault a mis à disposition une base minimale et vous pouvez personnaliser à volonté. La marque au losange se fait d’ailleurs plaisir sur les marges des options, mais c’est la base de réflexion de la Duster. Dans le véhicule mis à disposition, j’avais même un GPS et les vitres électriques – le réglages des sièges est manuel et il faut bien réfléchir avant de changer de conducteur car la mise en place n’est pas simple. Atteindre les poignées de réglage quand vous faites plus de 47 kilos, ce n’est pas simple.

Puissance ou puissance? 

Niveau moteur la version testée m’offrait un 4 cylindres de 1333 cm3 équipé de 150 chevaux. C’est là que je vous demanderais de faire une pause contemplative. Si l’on réfléchit en mode 2019 – 150 chevaux c’est un veau qui n’avance pas, on est d’accord. Par contre si l’on réfléchit un peu dans le passé, j’ai eu la joie incommensurable de rouler dans une Peugeot 205 GTI qui frisait les 130 chevaux dans ma jeunesse et elle se rapprochait plus du missile sol-sol que d’une voiture poussive. En tous les cas dans mes souvenirs. Ces dernières années nous nous sommes un peu emballés niveau chevaux et de nos jours, la moindre familiale qui a moins de 400 chevaux est considérée comme un «veau». C’est là que la Duster remet bien l’église au milieu du village…

Avec ses 150 chevaux et son look intérieur et extérieur qui rappelle les voitures «playmobil» de mon enfance, le produit dérivé de chez Renault nous amène exactement là où nous avons besoin d’aller: au point B. Pour autant que nous soyons partis du point A.

Et puis, en conclusion, je dois dire qu’il y a quelque chose de jouissif à rouler tranquillement dans les cols, à prendre les virages très larges et à empêcher les voitures qui arrivent derrière de nous doubler. Je comprends mieux le concept maintenant ; arriver en haut d’un col avec 12 voitures de sport qui klaxonnent derrière frise carrément le challenge automobile et la Dacia vous permet ça.

Thomas Veillet

Bitume.ch

Fiche Technique

Dacia Duster 2019

  • Puissance : 150 chevaux
  • Puissance fiscale : 8 cv
  • Cylindrée : 1333 cm3 – 4 cylindres
  • Transmission : 4 roues motrices
  • Boîte : Manuelle 6 rapports
  • Consommation : 6.4 litres/100km
  • Vitesse max : 196 km/h (demande à voir)
  • Accélération : 0 à 100 (confidentiel et pas très important)

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."