Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 48 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

Les ours polaires roulent aussi en Béhème

BMW 330e– le petit « e » à côté c’est pour « électrique »


Si vous avez un tant soit peu d’intérêt pour l’automobile, un intérêt qui vous fait rêver d’autre chose que de zone à 30 à l’heure et de diesel à pédales, vous avez forcément rêvé un jour de mettre la main sur une « M » - peu importe le numéro derrière, que ce soit une M3, 4, 5 ou 8. À ce propos, je lance un appel au secours au service presse de la marque allemande : « si vous avez une M8 à tester, je veux bien libérer mon agenda ». Mais aujourd’hui je suis au volant d’une série 3 avec le kit M. Ça veut dire que vous avez une voiture qui ressemble à une M, qui a le look cuir et sportif de la M, mais qui n’a ni les échappements virils, ni le V6 et encore moins le bruit rauque que l’association des deux offrent en général.

Moi je n’ai que la version 330e – « e » pour électrique – je suis pas certain que je sois fan devant l’éternel de ce concept, mais il faut vivre avec son temps et si, dans mon "autre" métier – qui est la finance – on ne parle plus que de finance responsable, il semblerait que le milieu automobile soit également du côté moins obscur de la force en essayant de limiter la casse écologique avec des moteurs moins polluants avec plus de batteries électriques et moins de cylindres. Ce qui est dramatique, mais dans l’air du temps. Mais dramatique.

Do it yourself

Le principe est donc assez simple, vous vous équipez d’une tronçonneuse, d’un moteur V6 et d'un casque pour atténuer le bruit. Ensuite vous tranchez votre V6 et vous ne conservez que 4 cylindres. CONSEIL BRICOLAGE : choisissez des cylindres à l’extrémité du moteur, cela vous évitera de les souder pour les remettre ensemble. Une fois que vous aurez supprimé les deux cylindres excédentaires, il ne vous suffira plus qu’à bourrer un paquet de lithium à l’intérieur d’une boîte et de connecter les deux. Vous aurez donc un moteur 4 cylindres qui respecte les normes européennes et les suisses – ce qui n’est pas peu dire – qui sera couplé à une batterie qui vous donnera pas loin de 300 chevaux cumulés. Tout cela sera bien loin de la M3, mais vous aurez au moins la satisfaction de participer au sauvetage de la planète et le soir vous vous endormirez avec l’esprit apaisé de rouler avec une voiture de droite tout en respectant des idées de gauche.

Du pur électrique pour faire « genre »

BMW a complètement revu la motorisation de ses véhicules hybrides – il faut dire que le modèle d’avant n’avait pas fait l’unanimité – et du coup, si l’on cherche vraiment un véhicule hybride et que l’on n’a pas d’autre choix, il faut reconnaître que les 45 kilomètres en « pur » électrique sont intéressants. Ça donne l’impression que l’on consomme moins. L’impression seulement, parce que si vous roulez en abusant du mode « sport » - ce qui caractérise indubitablement mon style de conduite – votre batterie électrique tiendra jusqu’à la boîte aux lettres la plus proche, mais pas plus. La batterie peut être rechargée sur le 220 volts classique pour autant que vous ayez fait de la place dans votre agenda pour les 48 prochaines heures ou alors, si vous êtes en télétravail. Ce qui est hyper-tendance actuellement. Mais en même temps, si vous faites du télétravail, vous n’avez pas besoin de voiture, ça n’aurait pas de sens.

Un manque de V6 psychologique

À la conduite, le cousin germain de la version M est – il faut le reconnaître – assez ludique. Il aurait été bon de rajouter des haut-parleurs sous la voiture afin d’au moins simuler le bruit d’un V8, car il est vrai que je me suis souvent surpris à me demander si j’avais allumé le moteur en roulant à 160 – pardon, à 120 sur l’autoroute – pour être franc, il m’est même arrivé de sortir de la voiture en oubliant que le moteur était allumé. Heureusement il y a une sonnerie qui rappelle un peu un iPhone bipolaire qui vous rappelle qu’il faut éteindre le moteur pour que les ours polaires survivent.

Au bilan final, la 330e est plutôt une réussite. Si je devais m’acheter une hybride et que je n’avais pas d’autre choix. Avant d’envisager le suicide, je pense que ce modèle ferait partie de ma liste au père Noël – pour autant qu’il ne soit pas confiné en Laponie cette année - ce qui semble bien plus raisonnable pour sa santé. Il est vrai qu’elle fait un peu trop pas assez de bruit pour moi et son look sportif pousse à la déception en appuyant sur l’accélérateur, mais l’intérieur est tellement beau et bien fini que je pourrais compenser le silence assourdissant en écoutant le dernier Francis Cabrel – pour respecter le côté écolo.

Même sans essence, ça roule ma poule

En conclusion, moi j’ai bien aimé. Pour une voiture demi-motorisée, mais il va falloir faire avec puisque l’avenir semble être à l’électrique ou au moitié-moitié, si l’on ne veut pas se faire démonter par les impôts ou les groupes ultra-écolos. Il faudra néanmoins noter qu’à haute vitesse sur l’autoroute, la consommation instantanée n’a rien à envier à un V6. Mais je dois vous avouer une chose ; cette batterie supplémentaire m’a sauvé la vie – pour la première fois de ma carrière de conducteur j’ai poussé la réserve de mon réservoir à son maximum – mais en montant dans les confins du Jura pour aller manger la dernière fondue au fromage de l’été – à la Barillette – je suis tombé en panne d’essence ET avec une batterie vide. Mais en retournant la voiture dans le sens de la descente, j’ai pu recharger suffisamment pour aller jusqu’à la première station-service. Ce jour-là, je me suis dit que je ne dirai plus jamais du mal d’une voiture hybride. Depuis, j’y travaille avec mon psy.

Thomas Veillet

Bitume.ch

Fiche technique BMW 330e PHEV 2020

Emission de CO2 : 34 gr/ kilomètre (je ne pensais pas mettre ça dans un test un jour)

Moteur essence : 2.0 litres turbo

Puissance : 184 chevaux

Puissance fiscale : 8 cv

Puissance électrique : 113 chevaux

Puissance cumulée : 292 chevaux en théorie

Autonomie en 100% électrique : compter 40 kilomètres en serrant les fesses avec le vent dans le dos

0 à 100 km/h en 5,9 secondes

Vitesse max : 230 Km/h

Poids : un peu plus de 1850 kilos

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."