Colin Xavier

JOURNALISTE

Xavier Colin est journaliste, chercheur associé au GCSP, le centre de politique de sécurité de Genève, fondateur de GEOPOLITIS et ambassadeur de Terre des hommes.

Terroristes, «mes frères»

Frères d’armes. Frères de sang. Les commandos terroristes les plus redoutables – et redoutés – sont ceux constitués par deux frères – ou deux sœurs – déterminés jusqu’à la mort.

C’est là une observation qui s’est imposée à New York et à Washington, concrétisée à Montréal et à Rabat, confirmée à Boston et Bruxelles, et que l’on a dû douloureusement reconsidérer en ce début d’année 2015 à Paris.

Les frères Kouachi? Douze heures à peine après l’attaque sanglante menée dans la rédaction de Charlie Hebdo, la France, médusée, apprenait l’identité – et la singularité – des deux auteurs présumés du massacre du 7 janvier: Saïd, 34  ans, et Chérif, 32  ans, deux frères qui n’allaient pas survivre à leur effrayant coup d’éclat. Deux frères unis dans leurs convictions, modelés par le même passé et solidaires dans l’endoctrinement. Déterminés à tuer. Et prêts à sacrifier leur propre vie.

Pour les spécialistes antiterroristes, il s’agit de l’un des cas de figure les plus difficiles à appréhender et à traiter. Car, ensemble, deux frères constituent, telle une bulle hermétique, la plus parfaite des cellules terroristes. Le lien spécial qui peut exister entre deux frères est d’une telle intensité qu’il mènera inéluctablement la fratrie terroriste jusqu’au bout de sa logique extrémiste: la mort que l’on donne à ses victimes, puis, in fine, la mort que l’on s’administre à soi-même, telle la célébration d’une victoire – sur terre – et l’assurance d’une récompense – dans un autre monde.

D’autres exemples? L’histoire du terrorisme fait état de multiples opérations menées par des frères, voire par des sœurs! A Boston, le 15 avril 2013, une Amérique stupéfaite fait connaissance avec les frères Tsarnaev: Tamerlan, l’aîné, tué quatre jours plus tard par les forces de police, et Djokhar, 21  ans, actuellement jugé pour avoir, avec son frère, ensanglanté le marathon de la ville. Le 11 septembre 2001?

A-t-on oublié que, ce mardi-là, il n’y avait pas moins de trois paires de frères parmi les 19 pirates de l’air ayant frappé les tours jumelles de New York et l’immeuble du Pentagone à Washington? Aux Etats-Unis, toujours, ce sont les frères Qazi qui, en 2012, avaient organisé un attentat à New York, attentat déjoué à la dernière minute. Et c’est une base militaire américaine que visaient les trois frères Duka, condamnés, depuis, à la prison à perpétuité.

En France, l’affaire Merah (les tueries de Montauban et Toulouse) a révélé que le terroriste avait bénéficié de l’aide de son frère. Tout récemment, le 5 janvier dernier, c’est à Montréal que l’on a arrêté deux hommes qui projetaient une série d’attentats sur le sol canadien: il s’agit des frères Lamond: deux frères jumeaux! Au Maroc, en 2003, on s’est saisi de deux jumelles, les sœurs Laghrissi, qui préparaient un attentat suicide: elles entendaient se faire exploser dans le rayon alcools d’un supermarché.

Des liens forts

Les spécialistes constatent et retiennent que les fratries ont ceci de particulier que deux frères – ou deux sœurs – vont naturellement s’entraîner l’un l’autre, s’influencer mutuellement et se soutenir activement lors d’éventuels moments de doute ou d’hésitation.

Voilà pourquoi les organisations djihadistes sont obsédées par le recrutement de telles fratries. Une fratrie, c’est – déjà – un commando constitué, homogène et déterminé. Actuellement, toutes les polices sont sur les traces du cerveau des attentats déjoués en Belgique. L’homme se nomme Abdelhamid Abaaoud. Il a 27  ans. C’est un citoyen belge d’origine marocaine.

Il a rejoint le groupe Etat islamique et apparaît dans de nombreuses vidéos où l’on peut le voir au volant d’un véhicule 4x4 chargé de cadavres d’adversaires mutilés. Il est également l’auteur d’une vidéo qui a fait le tour du monde, mettant en vedette un jeune garçon présenté comme «le plus jeune combattant de l’Etat islamique». Ce garçon âgé de 13  ans, Abdelhamid Abaaoud le connaît très bien. Et pour cause. C’est son petit frère. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."