Bertrand Saillen

PRÉSIDENT DU SWISS WEB PROGRAM FESTIVAL PRÉSIDENT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION ET CEO DE MEDIAPROFIL SA

Bertrand Saillen débute ses études en Valais dans l'hôtellerie et le tourisme. Sa passion pour l'audiovisuel et plusieurs opportunités l'attirent rapidement sur les bords du Léman. A 22 ans, il obtient un brevet fédéral de planificateur en communication de marketing au SAWI à Lausanne. Dès 2003, il rejoint la société Mediaprofil à Vevey dans laquelle il exerce le rôle de producteur. En 2009, il est nommé directeur de Mediaprofil et en 2013 il reprend la présidence du Conseil d'administration de cette société de production audiovisuelle veveysanne forte aujourd'hui d'une vingtaine d'employés. Mediaprofil est aujourd'hui une des sociétés leader du marché et reconnue pour son dynamisme et son développement vers les nouveaux moyens de diffusion.

En 2014 il décide, parallèlement à ses activités professionnelles, de lancer le Swiss Web Program Festival afin de proposer aux acteurs suisses et internationaux une vraie plateforme d'échange et de communication autour du développement audiovisuel sur le web. Passionné de gastronomie et d'oenologie, il partage volontiers des moments de convivialité autour d'une bonne table.

Télévision: la nostalgie tu sais, quand tu as trente balais...

Après un rapide calcul, j'ai certainement passé plus de 20'000 heures devant le petit écran depuis ma naissance, hors de mon activité professionnelle de producteur bien évidemment. Que me reste-t-il de ces heures tuées à grands coups de tube cathodique?

Le premier souvenir vient sans aucun doute de ma plus tendre enfance avec les babibouchettes et Henri Dès. Le refrain du générique: "Sors ton pied de ta chaussette et glisse les doigts à la place" résonne encore dans ma tête. Ils ont réussi, avant les Guignols de l'Info, à fédérer une génération de téléspectateurs en culotte courte autour de ces marionnettes, de leurs histoires et de leurs chansons.

Puis l'émotion et la tension en août 1992: plus de quatre heures à tester, et ceci peut-être pour la première fois, ma capacité à gérer mon influx nerveux. Une finale mythique d'un sport que je chéris : le tennis. Marc Rosset contre Jordi Arrese en finale des Jeux Olympiques à Barcelone. Un cri du cœur retentit dans mon petit village valaisan au moment où Marc Rosset s'effondre sur la terre ocre après avoir gagné ce dernier point libérateur dans le cinquième set. J'avais presque l'impression d'y être pour quelque chose...

Et maintenant passons à l'inavouable, la série que je ne manquais pour rien au monde durant ma pré-adolescence. La projection de la vie rêvée d'étudiants feignants vivants dans une cage dorée à Beverly Hills. Première, et certainement formatrice, rencontre avec ces "pauvres" ados que nous étions dans ce monde occidental rempli de problèmes de riches. 

Au début des années 2000, le séisme Loft Story fait trembler les fondements du divertissement audiovisuel. On se retrouve scotché à détailler les faits et gestes d'inconnus qui seront malheureusement pour certains balayés par la suite par ce tsunami peoplo-médiatique. La production est dépassée par toutes les vagues, pas seulement celles du jacuzzi. 

Au final, l'important réside dans la capacité de se remémorer des moments riches en émotions réelles plus que virtuelles. L'audiovisuel est un vecteur de sensations qui permet de fixer sans entrave celles-ci. On a tous quelque chose en nous de télévision!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."