Emilyturrettini

CHRONIQUE INTERNET

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Téléphoner en vol soulève un tollé aux Etats-Unis

Crédits: Huffington Post / Tumblr

Tom Wheeler, Chairman de la Federal Communications Commission (FCC), a annoncé jeudi dernier son intention d'autoriser les passagers à téléphoner en vol.

Dans un bref communiqué, Wheeler a déclaré que les restrictions actuelles étaient dépassées et qu'il n'y avait aucun risque d'interférence entre le signal d'un téléphone portable et le système électronique à bord ou avec le réseau de communication au sol.

On s'en doutait. S'il y avait eu le moindre risque, nous n'aurions jamais eu l'autorisation de garder nos portables sur nous. Ils n'ont jamais figuré sur la liste des objets interdits dans les bagages en cabine, contrairement au tube de dentifrice de plus de 100 ml qui pour une raison encore obscure, présente un danger. Et de nombreux téléphones sont, de toute façon, toujours laissés allumés par oubli.

Dorénavant il sera donc possible de téléphoner dès que l’appareil a atteint une altitude de 10 000 pieds (3000 mètres), tout en respectant l'interdiction d'allumer son téléphone pendant le décollage et l'atterrissage.

Dans les heures qui ont suivi l'annonce de la FFC, les sociétés télécoms américaines ont fait part de leur soutien. Installer l'équipement nécessaire dans les avions en accord avec l'Agence Américaine de l'Aviation Civile (FAA) pourrait leur rapporter $2.4 milliards de revenus supplémentaires par année, selon la société d'analyse Gartner - pour un investissement estimé entre $3 et 4 millions par avion.

Pour les voyageurs, le prix de la communication sera exorbitant, à $3 la minute. 

Cette annonce a suscité une levée de boucliers de la part des compagnies aériennes qui affirment que la majorité des passagers ne veulent pas être dérangés par des appels en cours de vol. Certaines d'entres elles comme Delta, proposent déjà le WiFi à bord mais interdit les appels par Google Voice ou par Skype.

Pourtant, selon le WSJ, une étude réalisée par la FAA sur 1600 américains, a montré que 51% d'entre eux étaient contre l’usage des téléphones au cours du vol et 47% étaient favorables, ce qui n'est pas loin de la moitié.

Mais la plus forte opposition est venue du syndicat du personnel en cabine qui craint pour le maintient d'un environnement calme dans l'avion - déjà difficile à préserver auprès de passagers stressés, énervés par les retards ou annulations de vols et les queues interminables pour passer la sécurité. Une fois dans l'avion, ils se retrouvent confinés pendant plusieurs heures dans des sièges de plus en plus rétrécis, dus aux soucis de rentabilité des compagnies aériennes qui entassent le plus de passagers possible dans leurs appareils.

«Les obliger à écouter d'autres passagers sur leur téléphone est la plus mauvaise idée avancée par la FCC à ce  jour,» peut on lire sur leur site

Le syndicat avance également un autre argument, plus grave encore que celui de conflits potentiels entre passagers:

«Le personnel de bord craint qu'en cas de situation d'urgence, il ne sera pas entendu, chaque passager appelant un proche au lieu d'écouter les consignes de sécurité et les instructions de sauvetage.»

Une pétition en ligne contre cette proposition a été adressée à la Maison Blanche.

Depuis des années que je suis l'actualité sur Internet (18 ans), je n'ai jamais vu un tel déluge d'articles consacrés à un simple communiqué presse. Les Américains prennent souvent l'avion et visiblement téléphoner à bord touche un point très sensible. Peut-être parce que l'avion représente pour eux un sanctuaire à l'abri du monde bruyant et connecté qui les entoure.

Mais leurs inquiétudes ne sont peut-être pas fondées. 

De nombreuses compagnies aériennes, d'Asie, du Brésil et du Moyen Orient permettent déjà des appels à bord, dont Emirates depuis 2008. En Europe, Virgin Atlantic n'autorise que 6 appels à la fois sur son Airbus 330 Londres-New York qui peut accueillir 440 passagers.

Une recherche sur Internet pour trouver des plaintes formulées par des passagers sur ses vols n'a rendu aucun résultat dans ce sens. Si elles existent, elles n'ont pas été relayées par la presse.

La proposition du FCC doit être formellement lancée le 12 décembre, et ce sera aux compagnies aériennes de décider individuellement quelle stratégie adopter. Elles auront toujours le choix d'ajuster leur système de communication à bord pour ne pas accepter des appels, mais seulement des échanges de données.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."