Jean Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Tamedia: une peur irraisonnée

La réorganisation des rédactions romandes et alémaniques du groupe Tamedia (Bilan en fait partie) entraîne une vague d’indignation chez les acteurs politiques et au sein de la petite communauté journalistique.  L’idée n’est pourtant pas nouvelle.

Dans les années 1990, le Nouvelliste, La Liberté, L’Impartial, L’Express, Le Quotidien jurassien et Le Journal du Jura, dont le tirage cumulé avoisinait 170 000 exemplaires, projetaient même de s'unir pour faire face à la crise qui secouait (déjà!) la presse helvétique. «L’égo de chaque journal est trop fort. Chacun estime qu’il est le meilleur», constatait alors un acteur de la branche. Leurs dirigeants se sont néanmoins entendus pour collaborer avec la création d’un pool de journalistes au Palais fédéral à Berne et lors de grandes manifestations sportives (par exemple les Jeux olympiques).

Puis, face aux difficultés actuelles, une partie des quotidiens régionaux indépendants de Tamedia ont décidé d’accroître leur coopération. En automne 2015, La Liberté en mains du groupe St-Paul ainsi que L’Impartial, L’Express, La Côte et Le Nouvelliste détenus par ESH Médias ont créé un pôle de compétences basé à Fribourg et géré par  le quotidien fribourgeois pour le traitement de l’actualité nationale, internationale et économique.

Force est de constater que, pour les lecteurs, ce regroupement des forces a tenu ses promesses. En tout cas pour ceux de La Liberté. Le contenu s’est enrichi d’articles originaux et de scoops réguliers.

La diversité et la force de la presse passent moins par les opinions de ses rédactions que par sa capacité à mettre en perspective les enjeux politiques, économiques, culturels et sportifs et à faire preuve d’esprit critique face à tous les pouvoirs et ce en priorité sur le plan régional.

La concentration de journalistes au sein des deux rédactions centrales de Tamedia ne peut cependant réussir que si leur effectif ne recule pas. Si l’annonce par l’éditeur alémanique de ne pas procéder à des licenciements est de bon augure, sa volonté de ne pas remplacer les départs naturels fait courir de gros risques à cette opération qui risque alors d’échouer.

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."