Sebastien Fabbi

DIRECTEUR DE SWISS WINE PROMOTION

A presque 40 ans, Sébastien Fabbi est un expert marketing ascendant épicurien tendance bachique.

Sa vie professionnelle commence au Journal de Genève et Gazette de Lausanne en passant par de grandes agences médias, créatives et digitales, à Genève, Zurich, Lausanne, Berne et Londres. Depuis 8 ans, il travaille pour les vins du Valais et les vins suisses en tant que consultant marketing & médias avant de relever les manches et de reprendre la direction de Swiss Wine Promotion en janvier 2012. Son ambition ? Faire des vins suisses une « marque » aussi prestigieuse que les vins toscans ou bordelais tout en s’inspirant du savoir-faire et de la réussite des horlogers suisses.

Son inspiration ? « Descendre dans une cave à vin est encore le seul moyen que l’Homme ait trouvé pour remonter le temps ». G.Revel

Suisses, buvez suisse!

Les partis de la droite dite “dure” s’approprient souvent les sujets liés au patriotisme, au nationalisme et s’enorgueillissent de notre suissitude. Sont-ils les garants pour les générations à venir de notre cher patrimoine helvétique?

Que l’on se positionne à gauche comme à droite, ces mots sont porteurs de sens pour autant qu’on les respecte. Certes, les crises nuancent quelque peu notre rapport à ces valeurs pourtant fondamentales mais, pour moi, le constat est que ces thèmes sont beaucoup trop rarement amenés par les partis que je nommerais “raisonnables”.

Dans ce décor, sommes-nous tous des patriotes, des vrais patriotes au même titre que nos voisins français ou italiens? Qu’est-ce qui nous relie entre nos différentes régions? Quelles sont nos valeurs communes? La Nati, les montres, le chocolat, les banques, le paysage, le fromage ou encore le vin?

Consommer avec patriotisme

Ma propre expérience économico-politique en Suisse m’a malheureusement plutôt enseigné que nous ne sommes pas si patriotes que cela. En effet, nous consommons presque outrageusement, d’un point de vue de l’agriculture ou de la viticulture en tout cas, les produits des pays limitrophes – ou lointains - en toute bonne conscience. Il est de fait que nous ne réagissons pas lorsque nous apprenons qu’un parlementaire, un député, un conseiller d’état, dans le cadre de sa fonction publique, va consommer et par conséquent soutenir du vin chilien, italien, espagnol… Les médias français ou italiens, en apprenant cela, seraient vivement tentés de s’en amuser et de véhiculer la nouvelle. Je n’ose imaginer le scandale provoqué par cet outrage à la nation. Des têtes pourraient tomber!?

Au pays des helvètes, cela ne pose a priori aucun problème à personne, que ce soit au niveau politique, économique ou médiatique. Je n’ai pas de chiffres liés à cette consommation que l’on pourrait considérer comme antipatriotique mais je reste persuadé que si chacun d’entre nous consommait ses produits suisses avec plus de fierté, nous serions plus forts. Quid de la consommation transfrontalière qui concerne les régions telles que Genève, Vaud, Bâle, Jura et qui, soit dit en passant, coûte quelques milliards annuels à notre économie?

Il m’apparaît d’importance de porter fièrement les couleurs de la nation, sans arrogance mais avec l’ambition d’être d’honorables citoyens suisses. Est-ce tant demander? Si nos grandes entreprises et institutions cessaient d’offrir du vin étranger à leurs clients et employés, cela n’améliorerait-il pas la situation?

Enfin, animée par un sain libéralisme, notre filière vitivinicole ne souhaite globalement pas revenir à des notions de contingents ou à une forme de protectionisme qui nous obligerait à boire du vin Suisse. Les années 80 nous ont enseigné qu’obliger n’est pas la clef pour faire aimer.

Pardonnez ces quelques lignes posées en “vrac” tel un cri du coeur, mais en tant qu’entrepreneur Suisse, j’invite mes compatriotes à me suivre dans cette campagne de défense du label Suisse qu’on appelle Swissness! Nous pouvons tous activement être les ambassadeurs de la Suisse, ne délaissons pas cette sensibilité et nous en sortirons grandis!

A vous, santé!!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."