Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

STATUE/Amsterdam se ruine pour De Vries

C'est cher, mais c'est beau! Le Rijksmuseum Museum d'Amsterdam s'est offert le 11 décembre à New York son petit cadeau de Noël. Il s'agit d'une sculpture d'Adrian de Vries (1545-1626). L'institution a payé ce bronze très convoité 27,9 millions de dollars chez Christie's. Il n'est pourtant pas énorme. La figurine, surmontée d'un globe, mesure 109 centimètres de haut. 

C'est en 2010 que cette pièce a été retrouvée dans le château autrichien de Sankt Martin, situé près de Graz, comme le rappelle le communiqué en anglais du musée. Elle se trouvait sans doute là depuis 1700. Les pièces de l'artiste, actif à Prague pour l'empereur Rodolphe II de Habsbourg, demeurent rarissimes. Elles ont toujours été recherchées. Le Louvre possède ainsi un extraordinaire "Mercure et Psyché" tenant sur un seul pied tendu des deux personnages (plus un bout de draperie). La statue a été abandonnée par Christine de Suède au XVIIe siècle lors de son calamiteux séjour français, qui s'était terminé par un meurtre...

Combler une grave lacune

Mais revenons à cette figure bachique, transformée à un moment indéterminé en Hercule ou en Atlas. Le "Rijks" a su vite réagir en apprenant la mise aux enchères. Il faut dire qu'il ne possède qu'un relief de celui que le directeur Wim Pibjes appelle "le Michel-Ange néerlandais". Une formule plus ou moins exacte. Adrian terminait, lui, ses créations. Il utilisait le bronze et non le marbre. Pour la réouverture du musée après dix ans de travaux, en 2013, le "Rijks" avait ainsi dû demander à Stockholm le prêt d'un "Triton", provenant d'une fontaine. Il faut dire que la Suède détient l'essentiel de l’œuvre d'Adrian depuis le sac de Prague par les troupes du roi Gustave-Adolphe en 1648. Pour la magnifique rétrospective De Vries de 1998-2000, qui avait passé par Amsterdam, Stockholm et Prague, le pays avait d'ailleurs fait signer à la Tchécoslovaquie une clause interdisant à cette dernière de demander des restitutions... 

Ce chef-d’œuvre, le dernier sans doute du maître puisqu'il date de 1626, sera exposé au "Rijks" dès le printemps 2015. L'institution montrera alors la version hollandaise de la magnifique exposition Rembrandt de Londres. Rappelons que le musée, en dépit des quelque 450 millions de francs dépensés, n'a toujours pas intégralement rouvert. Il lui reste à remettre en ordre l'aile préservée pour les présentations durant la fermeture.

Photo (Christie's): La partie supérieure de la sculpture, transformée en Hercule ou en Atlas.

Texte intercalaire

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."