Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

SOLEURE/"Ceci n'est pas un tableau", ou la peinture suisse en film d'animation

Crédits: Kunstmuseum, Bâle

C'était, lors de sa projection le lundi 23 février, l'un des événements attendus des «Journées cinématographiques» de Soleure, qui en arrivent à leur 52e édition en 2017. Ici se découvre (dans le froid) la production suisse. «Ceci n'est pas un tableau» avait doublement sa place dans ce panorama. D'une part, ce court-métrage de trente minutes est la création de Jacob Berger, et surtout des frères Guillaume. De l'autre, il traite de la peinture helvétique depuis la Renaissance, en axant les débats sur trois tableaux jugés emblématiques. Il y a «Le Christ mort» de Hans Holbein le Jeune, de 1520-1521. Puis «Le Grütli moderne» de Ferdinand Hodler, exécuté en 1887. Et enfin «La Noire et la Blanche» de Félix Valloton de 1913. Trois œuvres appartenant à ce que Jacob Berger nomme «l'inconscient pictural collectif». 

Le projet remonte à 2013. Mais il faut en voir l'origine bien plus loin. Jacob est le fils de John Berger, disparu il y a quelques jours. Et l'écrivain anglais reste notamment l'auteur de «Ways of Seing», sorti en 1972 et qui a tout de suite donné naissance à une mini-série sur l'art de la BBC. Il s'agissait de montrer la peinture autrement, en osant des télescopages alors jugés audacieux et qui apparaissent aujourd'hui évidents. Les Britanniques sont très forts en la matière. Il y a aussi eu les efforts, plus «gentry», de Sir Kenneth Clark. L'ex-directeur de la National Gallery entendait s'adresser à tout le monde en racontant et en rapprochant les choses.

Le choix des frères Guillaume 

Berger Jr allait donc partir de l'art suisse. Il y a au final 150 toiles dans le film, où j'ai aussi bien reconnu Cuno Amiet que Liotard, Hans Fries, Ernest Biéler, Alberto Giacometti, Louis Soutter, Paul Carmenisch et Füssli. Encore fallait-il donner une forme à l'ensemble! Il est vite apparu que ce serait celle du film d'animation. D'où la collaboration avec Frédéric et Samuel Guillaume, les jumeaux fribourgeois, à qui l'on doit notamment le long-métrage «Max & Co» de 2007. Les deux garçons font bouger les tableaux (mais si, on peut!), tout en imaginant un personnage gris qui se promène dans une sorte de cellule, dont l'art serait la seule fenêtre permettant une évasion. 

Visuellement, c'est très beau. Très soigné aussi. Un beau travail de professionnels inspirés. «Ceci n'est pas un tableau» se regarde avec éblouissement. J'ai failli le voir sans le son à la séance de presse. Problème technique. Peut-être eut-il mieux valu... La musique est ennuyeuse et lourde. Le texte terriblement pesant. L'ensemble se veut «politiquement conscient, poétique, inventif, débarrassé des préjugés esthétiques et idéologiques de la culture occidentale officielle», pour reprendre les mots de Jacob Berger sur le livre de son père. En quarante-cinq ans, cette neuve innovation s'est hélas muée en redoutables clichés. Il s'agit d'une nouvelle «doxa», indéfiniment répétée. Elle a du coup perdu toute valeur provocatrice. 

Il y a en plus le ton, sinistre. L'ennui guette assez vite. Fallait-il tant d'efforts, tant de talents, tant d'idées visuelles et tant de soins pour en arriver là?

Pratique

«Ceci n'est pas un tableau», de Jacob Berger, Samuel et Frédéric Guillaume. Je ne sais rien de la diffusion attendue du film, produit pat Nouvelle Tribu.

Photo (Kunstmuseum, Bâle): La tête du "Christ mort" de Hans Holbein le Jeune, qu'on a dit peint d'après le corps d'un noyé.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."