Geoffrey Raposo

ENTREPRENEUR ET CONSULTANT WEB/IT

Suivez Geoffrey sur Twitter.

Entrepreneur et consultant web/IT, Geoffrey Raposo a décidé à ses 18 ans que la vie était faite pour faire ce qu’on aime, pas question de repousser à plus tard. En 2012, il crée sa première startup - un échec total - et découvre qu’essayer et échouer était indéniablement la meilleure façon d’apprendre. Rester dans un seul domaine? Jamais, il préfère toucher à tout et découvrir chaque jour quelque chose de nouveau. Et surtout, ne jamais se prendre au sérieux.

Si vous n’apprenez plus, démissionnez!

Sauf si vous êtes un des 20 employés de SnapChat en ce moment, vous pourriez passer à côté de quelques milliards.

Lors de mon premier entretien d'embauche, on m'a proposé de faire un stage de deux mois, afin de remplacer les deux années d'expérience requise que je n'avais pas, avant de m’engager. A cet instant, j'ai compris que j'allais apprendre pendant deux mois et ensuite devenir un gentil employé qui exécute son travail, se fait payer, et c'est tout. Du coup, j'ai refusé.

Sérieusement, si l'on ne se faisait pas engager pour apprendre, pourquoi est-ce qu’on le ferait? Il faut être réaliste, on ne cherche pas à avoir un boss pour gagner de l’argent; à long terme, c'est clairement une mauvaise stratégie, non? Travailler pour quelqu'un d'autre est intéressant uniquement parce qu'il nous apporte quelque chose en plus. Je ne vois aucune autre raison, à moins que vous aimiez beaucoup votre patron. Vraiment beaucoup.

Ce petit plus qu'un emploi peut amener, c'est justement l'expérience que l'on ne peut pas vivre ailleurs. Une expérience qui va nous permettre d'apprendre et d'élargir nos horizons.

Voici un petit graphique pour illustrer le tout:

Ce n'est pas parce que l'école est terminée que l'apprentissage l’est, bien au contraire. Je pense personnellement que les écoles servent à « apprendre à apprendre » ; on progresse bien plus dans la vraie vie, et un emploi en fait indéniablement partie.

Souvent, lorsque l'on commence un nouveau job, on se réveille joyeux comme un petit faon parce que chaque jour est différent du précédent et que l'on apprend plein de nouvelles choses. Le problème c'est qu'assez rapidement arrive la routine, et là, c'est le moment de quitter le navire!

Franchement, quitte à donner une partie de l'argent que vous générez à quelqu'un sans qu'il ne vous offre quelque chose en échange, je vous file mon numéro de compte bancaire. De plus, je pense que démissionner est une opportunité, car cela nous pousse à remettre en question ce que l'on veut vraiment faire de notre vie et à tenter de nouvelles expériences.

Et si on a envie d'arrêter de faire des dons à un patron, c'est le moment idéal pour devenir indépendant et créer une startup !

PS: la semaine prochaine, je vais faire une conférence pour des apprentis en dernière année de formation de médiamaticien qui portera sur le thème de l'indépendance et de l'entrepreneuriat. Le sujet de ce post y sera abordé, alors si vous avez des conseils à leur donner, n'hésitez pas à les mettre en commentaire, merci d'avance !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."