Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Si vous cherchez un logement, il est temps de penser à autre chose

Toi qui pensais loger les tiens à Genève, passe ton chemin ! Et en voici les causes principales que tout le monde rejette sur le voisin.

On vient juste d’apprendre que l’ASLOCA, qui défend les locataires, cause honorable, s’est doté de moyens pour s’opposer à toute autorisation de construire, même celle délivrée en zone villa. Cela ne fait que rajouter des opposants à la horde existante de « oui, il faut construire, mais pas ici » ou « pas comme cela, car moi je sais ce qui est bien ».

La révision fédérale de la LAT (Loi sur l’Aménagement du Territoire) en cours de discussion à Berne voudrait que chaque mètre carré de zone agricole déclassé soit compensé physiquement, mètre pour mètre, dans le même canton. Dites-nous où construire des logements bon marché en ville, si les surélévations sont rendues impossibles par la Ville ou les commissions étatiques des aéropages du savoir?

Du côté de l’Etat, rien n’a changé, malgré les promesses et gesticulations électorales. En effet, il n’a cure de délivrer des autorisations plus rapidement. Pour exemple, des pièces déposées au guichet il y a deux mois ne sont pas encore enregistrées. Il faut plus d’une année pour que certains services se positionnent sur un dossier, même pour du logement dont les loyers seront destinés à la classe moyenne, quand les dossiers ne sont pas tout simplement égarés.

Les commissions qui étudient les demandes d’autorisation de construire, ne garantissent pas la qualité de la production architecturale, sinon cela se verrait à chaque coin de rue. Cependant leurs actions et demandes chicanières ralentissent fortement la délivrance des autorisations de construire.

Finalement, devant la crise annoncée des retraites, les politiques, sous influence du secteur de la finance, ont réduit largement et fortement l’accès à la propriété. Les taux d’intérêts pour l’épargne sont au plus bas, tout comme ceux des hypothèques. Mais l’argent est condamné à rester sur les comptes d’épargne, car le taux d’effort utilisé grimpe sans cesse.

Ne serait-il pas plus judicieux de repenser le système lui-même? On pourrait demander un amortissement direct et rapide de la dette, voire de la taxer, si elle dépasse le deuxième rang après un certain nombre d’années? Mais aujourd’hui, la pénurie avantage aussi bien le milieu des propriétaires, qui peuvent appliquer des loyers stratosphériques, que celui des locataires conservant ainsi des électeurs captifs !

Si vous cherchez un logement, il est temps de penser à autre chose, et pour longtemps...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."