Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

SÉRIES/Le Centre d'édition contemporaine vend tout

"Attention! Je ne brade pas, je ne solde pas et je ne mets rien aux enchères." Véronique Bacchetta tient à mettre les points sur les "i", les pendules à l'heure et l'église au milieu du village. Le Centre d'édition contemporaine, qu'elle chapeaute depuis longtemps, vise un autre but avec sa "Winter Sale" et ses "Alphabet Editions", même s'il semble clair qu'ici aussi on cherche de l'argent. "Nous tenons à montrer dans un nouveau lieu, situé dans un nouveau quartier, ce que nous avons pu faire depuis la fin des années 1980. Il s'agit d'illustrer notre diversité." 

Tout (ou presque) ne se révèle pas moins à vendre rue des Rois, dans l'espace longtemps occupé par la galerie Charlotte Moser. Il y a là de quoi garnir l'ensemble des murs, d'autant plus que certaines pièces présentées ne donnent pas la miniature (130 centimètres de haut pour une sérigraphie d'Ian Anüll). "Il nous reste beaucoup de choses en stock. Il faut dire qu'au début, pour répondre à l'idéologie de l'époque, le Centre donnait dans le grand tirage. Pour pendre un exemple extrême, je citerai le jeu d'Emmett Williams, produit en 1989 à mille exemplaires, plus cent hors commerce. Une telle quantité deviendrait impensable de nos jours. Nous demeurons généralement proches aujourd'hui de la dizaine."

A tous les prix 

Conséquence du tout, il y en a, comme on dit, pour toutes les bourses. "On commence a zéro franc pour les affiches destinées à la rue. Nous avons eu, il y a longtemps, des publications à un franc." Et en haut de l'échelle, qui trouve-t-on installé sur les derniers barreaux? Sylvie Fleury, bien sûr,. "Moon Eyes", un rétroviseur comme il se doit vintage, mais dont le miroir se voit gravé des mots "Yes to All", coûte 5000 francs. "Il faudra mettre davantage, 10.000 ou 15.000 francs, pour des créations de Gianni Motti, une vidéo et une pièce sonore. Mais c'est tout de même là l'exception." 

Cette sorte de rétrospective va jusqu'à la prospective. "Nous ne nous arrêtons pas avec des propositions très récentes, comme le léporello de Raphaël Julliard, créé cet automne. L'une annonce une exposition programmée pour 2015." De quoi s'agit-il? D'un couteau de poche, créé à quatre exemplaires, et qui vaut 2400 francs (mais il est fait main). "On le doit à Victor Man, un Roumain installé à Berlin. Il imaginera dans quelques mois un autre objet pour nous."

Pratique

"Winter Sale" le mardi 16 décembre de 18h à 21h et le samedi 20 décembre de 12h à 17h, "Alphabet Editions", jusqu'au 28 février. centre d'édition contemporaine, 15, rue des Rois, Genève, tél. 022 310 51 70, site www.c.e.c.ch

Texte intérimaire

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."