RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Séduire plutôt qu’imposer

Pourquoi se battre pour sauver l’espèce humaine si, pour cela, il faut piétiner de nombreuses valeurs fondamentales

Il y a eu la mort des forêts que l’on nous annonçait voilà vingt ans, bostryche et pluies acides aidant. Il y a eu le trou dans la couche d’ozone qui semblait inévitable. Ces catastrophes ont pu être évitées, à la fois en adoptant des mesures strictes (l’interdiction du fameux gaz fréon servant à produire du froid) et en négociant avec les différentes parties prenantes.

Aujourd’hui, une vague verte a permis d’augmenter significativement la présence des Verts aux Chambres fédérales. On devrait s’en réjouir. On aimerait s’en réjouir vu qu’il s’agit de «sauver notre planète» et au passage les êtres qui la peuplent. Sauf que selon certains de ses apôtres, l’urgence doit désormais primer sur le dialogue. Ce serait une «question de vie ou de mort», nous n’aurions plus le temps de réfléchir. Plus le temps de négocier. Et surtout, plus le temps de mener de vraies concertations, y compris avec la société civile.

Un comble. Pourquoi se battre pour sauver l’espèce humaine si, pour cela, il faut piétiner de nombreuses valeurs fondamentales: le dialogue, le libre choix, etc. Parmi les élues et élus des Verts, rares sont ceux qui tentent de faire passer leur message en cherchant à convaincre. D’après l’Institut sotomo de Zurich, la plupart d’entre eux ont pris des positions les situant à l’extrême gauche de l’échiquier politique. L’état d’esprit novateur des fondateurs de ce parti aurait-il disparu?

Désormais, forts de leur influence grandissante (sans commune mesure avec leur réelle représentation dans les hémicycles du pouvoir), ils semblent tétaniser les autres forces politiques. Finie la recherche d’un consensus, et quand une majorité ne leur convient pas, il reste toujours possible de descendre dans la rue pour imposer ses vues à la majorité silencieuse.

La question n’est bien évidemment pas de nier la réalité du réchauffement climatique, ni de contester la nécessité de favoriser le rail ou les transports en commun. La question est celle de la méthode utilisée. Dans le pays où l’on a pourtant appris à gouverner en recherchant activement des compromis, une menace majeure pointe: l’envie d’imposer à tout prix, de multiplier les contraintes.

Un exemple reflète bien cette tendance: la volonté de supprimer les places de parking en surface sans offrir en contrepartie des places en sous-sol. Il ne s’agit certes pas encore d’une forme de totalitarisme idéologique, mais on semble s’en approcher.

Trouver des compromis

Si le canton de Genève a pu jusqu’à aujourd’hui échapper à la pratique de la taxe sur les sacs-poubelles, c’est parce que différents magistrats de tous bords ont misé pendant des décennies sur une politique très incitative, en multipliant les points de collecte, entre autres. Bref, ils ont choisi de convaincre plutôt que céder à la tentation facile de la contrainte. Si demain, certains souhaitent rendre les centres-villes piétonniers, cela pourra se faire facilement en acceptant des compromis. La Ville de Carouge (GE) l’a très bien compris. Sa stratégie, un hypercentre où les moyens de transport individuels sont quasiment bannis grâce à la mise en place de quelques parkings souterrains situés à des emplacements stratégiques, fait l’unanimité. Un exemple à suivre.

Rappelons que la devise des écologistes était un temps «la politique autrement». Espérons qu’ils s’en souviendront et auront l’envie de séduire, d’inciter, plutôt que d’imposer.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."