RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Pauvre classe moyenne!

Prise à la gorge par les coûts des assurances maladie, elle pourrait être tentée par les thèses «populistes»

En ce début d’année, les fronts politiques et syndicaux se durcissent. Comme il se doit, chacun doit montrer sa détermination. A l’instar d’une partie de poker, il s’agit d’intimider l’adversaire.

Ainsi, l’Union syndicale suisse (USS) annonce le lancement d’une campagne salariale interbranches, de même que celle d’une initiative populaire pour le versement d’une 13e rente AVS. Les milieux patronaux, à commencer par l’Union patronale suisse (UPS), hurlent d’ores et déjà. Il est vrai que la population a accepté de renflouer les caisses de l’AVS à raison de 2 milliards de francs par année dans le cadre de la votation sur la fiscalité des entreprises (RFFA) adoptée en mai dernier. Par ailleurs, les Chambres fédérales ont adopté un congé paternité de deux semaines ainsi qu’un congé pour les proches aidants.

Le débat porte désormais sur le projet de rente-pont pour les chômeurs âgés. De quoi s’agit-il? Craignant que l’initiative de l’UDC visant à résilier la libre circulation des personnes conclue avec l’Union européenne soit adoptée ce printemps, le Conseil fédéral souhaite que les seniors de plus de 60 ans se retrouvant en fin de droits puissent bénéficier d’une prestation transitoire jusqu’à la retraite. Une mesure qui aurait pour mérite de leur éviter de dépendre de l’assistance publique. Le projet a certes été adopté par le Conseil des Etats, mais en revoyant très fortement à la baisse le montant de cette rente-pont. Le dossier va désormais être traité par le Conseil national.

Fonte du pouvoir d’achat

Nos élus aux Chambres auront-ils retenu la leçon de l’acceptation de l’initiative populaire contre l’immigration de masse adoptée par une majorité des votants en février 2014? Pas sûr. La population constate avec impuissance que son pouvoir d’achat fond comme nos glaciers, inexorablement.

Prise à la gorge par l’augmentation des coûts des assurances maladie, la classe moyenne pourrait être tentée de faire entendre sa voix. Notamment en acceptant des initiatives «populistes» telles que celle de l’UDC souhaitant redonner une certaine souveraineté à la Suisse en matière de politique migratoire. Le premier ministre hongrois Viktor Orbán n’a-t-il pas justement le vent en poupe dans son pays avec sa politique résolument nataliste? En proie, comme le reste de l’Europe, à une croissance démographique catastrophique, l’Italie suit le même chemin.

Il n’est sans doute pas trop tard pour qu’une majorité de nos élus fédéraux entendent enfin les préoccupations de la classe moyenne, celle qui paie la plus grande part des impôts tout en étant la plus mal défendue à Berne. Un exemple? La population avait plébiscité la dépénalisation fiscale des couples mariés, or elle attend toujours.

En paupérisant sa population, la Suisse se fragilise. Alors que les citoyennes et les citoyens de ce pays ont accepté de faire un geste en faveur des entreprises (via le vote sur la RFFA), il est désormais temps de faire aussi un effort en faveur des salariées et des salariés. Demain, nous voterons sans doute pour faire passer l’âge de la retraite à 66 ans, histoire de sauver les caisses AVS. Pour avoir une petite chance de faire passer ce genre de «pilule», encore faudrait-il au moins aider ceux qui se retrouvent au chômage à plus de 60 ans, avec très peu d’espoir de retrouver un emploi. Le projet initial du Conseil fédéral sur la rente-pont a le mérite d’aller dans la bonne direction. A l’inverse, celui adopté par le Conseil des Etats ne va pas dans le bon sens. Pas de quoi rassurer la classe moyenne.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."