RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Essayons l’hélicoptère!

L’idée? distribuer directement aux ménages une somme d’argent pour stimuler la consommation

Christine Lagarde va prendre ses fonctions à la tête de la Banque centrale européenne d’ici quelques jours. Une page va donc se tourner. Espérons-le. Les mesures annoncées le 12 septembre dernier par Mario Draghi ne devraient guère être plus efficaces que celles que la BCE a mises en vigueur depuis maintenant dix ans. Il ne semble pas y avoir de fin à la politique de descente des taux d’intérêt, avec pour conséquence néfaste des rendements catastrophiques pour les caisses de retraite et la formation de bulles immobilières dans certaines régions. Depuis 2015, certains experts ont calculé que plus de 2600 milliards d’euros auraient été injectés dans les économies de l’Union européenne via ce système.

Mais on peine à voir l’efficacité de telles mesures et la reprise de la croissance. Il est indéniable que le lancement d’une troisième série de prêts géants aux banques à des taux très avantageux ne sera guère plus efficient que les deux séries précédentes. En effet, les établissements bancaires ont été refroidis par les expériences passées où elles ont laissé des plumes. Elles appliquent désormais une politique plutôt conservatrice, très prudente, et ne répercutent pas cette politique de prêts ultraavantageux de la BCE auprès des PME et des ménages.

Rappelons que l’objectif principal des banques centrales, suisse comme européenne, est de lutter contre la déflation qui se profile à l’horizon. Dès lors, l’idée est de viser un taux d’inflation de 2%. Or, dans la plupart des pays occidentaux, on en est très loin. En Suisse, en 2019, le taux est de l’ordre de 0,56%. En France, on est plutôt à 1,1%.

Bref, si l’on souhaite relancer la consommation, pourquoi ne pas faire usage de l’arme intitulée «l’hélicoptère monétaire»? L’idée est de distribuer directement aux ménages une certaine somme d’argent pour stimuler la consommation. A l’origine, c’est l’économiste américain Milton Friedman qui avait déclaré en 1969: «Supposons qu’un jour un hélicoptère vole au-dessus de cette communauté et largue 1000 dollars en billets depuis le ciel. Evidemment, les membres de la communauté vont s’empresser de récolter les billets.» Pour que le système fonctionne, il faudrait que les citoyens en question jouent le jeu en allant dépenser cet argent, plutôt que de le laisser sur un compte épargne. Certaines enquêtes indiquent qu’en moyenne un tiers du montant serait effectivement immédiatement dépensé, de quoi donner un sérieux coup de fouet à l’économie.

Des prêts sous conditions

Il existe aussi des solutions intermédiaires préconisées par certains stratégistes: la BCE pourrait prêter aux banques à des taux proches de zéro, voire négatifs, des montants importants de maturité longue, comme elle le fait déjà. Sauf qu’elle pourrait mettre des conditions aux banques pour accéder à ces prêts. L’idée serait que ces dernières s’engagent à prêter directement aux ménages à des taux très bas, sans quoi elles paieraient des pénalités à la BCE.

A Christine Lagarde de faire son choix. Une chose est certaine. Si elle opte pour l’hélicoptère monétaire et que chaque habitant de la zone euro reçoit 1000 euros, cela signifie que cette mesure coûterait environ 340 millions d’euros. A peine plus de 13% des 2600 milliards d’euros introduits artificiellement depuis 2015 dans l’économie, avec le succès que l’on voit. Il est temps pour nos banquiers centraux d’oser tenter une mesure «alternative» plutôt que de poursuivre cette fuite en avant avec ces taux d’intérêt négatifs.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."