RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Emplois: l’industrie a encore sa place

Réaliser tous les deux ans une vaste radiographie de la place économique romande est une expérience très enrichissante. Même s’il y a toujours une part de frustration car, malgré les mois que nous consacrons à cette enquête, quelques entreprises ne jouent pas le jeu (environ 13%) ou alors ne communiquent que sur leurs effectifs à l’échelle nationale. 

Au bout d’un long processus durant lequel plus de 2000 e-mails ont été envoyés, l’heure est venue de découvrir l’évolution des emplois depuis le 1er septembre 2015. Entre-temps, un certain nombre de banques ont disparu, telle Banca della Svizzera Italiana (BSI), en cours d’absorption par la banque EFG: plus d’une centaine d’emplois passent à la trappe. Bref, le constat reste le même en ce qui concerne l’évolution de la place financière, même si la Banque Reyl et la Banque Heritage font leur apparition dans notre classement.

Cela est aussi dû au fait que nous avons voulu agrandir encore la photographie. Désormais, nous indiquons qui sont les 170 plus grands employeurs du canton de Genève (au lieu de 150 en 2015). Idem sur Vaud où nous sommes passés aux 140 plus grandes entreprises (au lieu de 100) ou encore avec le Valais (50 au lieu de 40). Cela étant, comme indiqué ci-dessus, ce n’est pas parce que de nouveaux acteurs bancaires font leur entrée que la place financière se porte mieux.

De récentes études de la fondation Genève Place financière montre ainsi que c’est surtout la profitabilité des banques qui baisse, et donc les recettes fiscales qui vont avec. L’érosion des emplois est plus discrète sur le court terme (à l’échelle romande, le total des effectifs bancaires passe de 24  478 à 24  472), notamment par l’engagement de bataillons de juristes pour contrôler la conformité… 

La bonne santé du secteur santé

Plus parlant encore, notre enquête prouve que l’industrie avait été enterrée un peu tôt par certains. Certes, la situation varie d’une région à l’autre, mais dans l’ensemble, on constate une progression des emplois dans le secteur secondaire (1,5%). Une précision: les chiffres des entreprises horlogères (-2,2%) n’ont pas été inclus dans ceux de l’industrie. Ces bons résultats sont en bonne partie liés à ceux du secteur pharma/médical. Citons ainsi Merck (+29,6%), passé de la 13e à la 8e place des plus grands employeurs sur Vaud, Ferring (+11%) qui grimpe à la 31e place, Covance sur Genève (+12,9%) ou Celgene sur Neuchâtel (+6,1%). 

Enfin, on assiste encore au phénomène de démantèlement de certains «conglomérats»: Hewlett Packard est désormais scindé en deux. Procter & Gamble a cédé de nombreuses activités. Galenica a sorti ses activités de fabrication de médicaments, désormais regroupées sous l’intitulé Vifor Pharma. Ce processus ne fait, sans doute, que commencer. Ses effets sur l’emploi sont encore incertains. A suivre. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."