RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin 2019.

Dur de se responsabiliser!

Cessons d’entretenir des polémiques stériles. mieux vaut désormais appliquer à la lettre ce qui nous est conseillé

La 2e vague est finalement bien là, avec une progression exponentielle des cas testés positifs au Covid-19. Seule bonne nouvelle, la courbe relative aux décès ne reflète pas du tout cette explosion des cas. De plus, la majorité des victimes actuelles sont des personnes âgées, souffrant de comorbidité. A l’exception de certains hôpitaux périphériques, les grandes institutions sont loin d’être remplies. On peut d’ailleurs s’étonner d’entendre certains se plaindre d’être en sous-effectif. Rappelons qu’ils emploient chacun 12 000 salariés…

Autre sujet de réflexion: certains élus en mal de visibilité, relayés par la presse dominicale et les médias publics, ne cessent de polémiquer. On se croirait presque en France. La tâche est titanesque et nul ne pouvait prévoir que cette 2e vague allait venir nous exploser dans la figure en ce mois d’octobre. La tâche est d’autant plus difficile que c’est nous autres, citoyennes et citoyens fatigués par toutes ces mesures, qui avons parfois relâché notre attention. Entre les indécrottables optimistes, les adolescents attardés et les gens à bout de nerfs, il devait fatalement y avoir quelques cas de contamination.

Tsunami économique

Comment doivent s’y prendre nos élus? Dans l’idéal, il suffirait que les règles édictées soient strictement respectées pour que la 2e vague finisse par décliner en 2 à 3 semaines. Sauf que la population suisse n’est plus la même qu’il y a cinquante ans, surtout en Suisse romande. A ne pas savoir se discipliner, le citoyen prend le risque de provoquer l’adoption de nouvelles mesures proches d’un semi-confinement et donc de provoquer des dizaines, voire des centaines de milliers de licenciements. Prendre de nouvelles mesures risque de plonger le pays dans un tsunami économique. L’ensemble des indépendants ou presque seront les plus fragiles. Bref, le Conseil fédéral peut et doit rapidement annoncer le prolongement des mesures RHT. L’endettement de la Suisse reste faible en comparaison internationale. Ne pas agir dans ce sens serait inconscient.

Cessons d’entretenir des polémiques stériles. Mieux vaut désormais simplement appliquer à la lettre ce qui nous est conseillé. De toute façon, ce n’est pas en uniformisant l’heure de fermeture des bars et restaurants que cela changera grand-chose, excepté corriger une certaine inégalité de traitement qui a vu de nombreux étudiants aller faire la fête sur Vaud. De toute façon, le Covid-19 n’est pas comme le loup qui va sortir de sa tanière passé 22 h ou 23 h…

Trois jours d’attente

Par contre, un sérieux regret: comment se fait-il que dans un grand canton richement équipé en infrastructures médicales comme Genève, il faille patienter trois jours pour avoir un rendez-vous pour se faire tester? Sans compter qu’une fois sur place, l’heure prévue n’est pas respectée. La faute aux personnes hypocondriaques qui débarquent sans rendez-vous et prétendent avoir de la fièvre alors que le thermomètre mesure 37°… Les cantons ayant mis en place un drive-in, comme Vaud, ont été les plus prévoyants. Il pourrait y en avoir un dans chaque canton à forte population, ce serait le minimum. Sinon, comment freiner la contamination? A Genève, avec ce système, ce n’est que 4 jours après les premiers symptômes que vous pouvez prévenir les personnes que vous avez côtoyées que vous êtes positif ou non. Sans doute que les cantons seront mieux préparés lorsque la 3e vague surgira au printemps 2021.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."