RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Coup d’Etat médiatique

Depuis quelques temps déjà, on assiste à une nouvelle tendance : quelques mécontents, généralement des élus, des opposants et/ou des intellectuels, prennent contact avec des médias sélectionnés pour exiger la démission ou le renversement de présidents ou de premiers ministres élus démocratiquement.

Si cela peut se concevoir dans certaines contrées où la démocratie est balbutiante, cela prend l’allure d’une sorte de coup d’Etat élaboré avec l’aide de médias dans d’autres cas. Ainsi, on ne peut que s’étonner de l’acharnement avec lequel les médias font « monter la mayonnaise » pour tenter de faire trébucher un Donald Trump. Faut-il rappeler que ce dernier a tout de même été élu démocratiquement? A ce jour, à l’exception de certains illuminés qui voient la main de Moscou partout, il n’a pas être prouvé que cette élection avait été manipulée.

Dès lors, les pseudo-charges montées en épingle et reprises en boucle tiennent véritablement de l’acharnement. Parler de dossier russe avec Trump qui ne cesse de changer de discours, sauf en ce qui concerne la nécessité de s’unir pour mieux vaincre l’ennemi commun à l’humanité tout entière: le monstre Daech. Quand on veut tuer son chien on l’accuse d’avoir la rage…

Certes, Donald Trump ne peut pas plaire à tout le monde. Il est certes versatile et maladroit. Mais de là à tout monter en épingle pour avoir sa tête, il y a un certain manque de partialité. C’est comme si les impairs de ses prédécesseurs avaient été oubliés. Les Clinton, Obama et autres qui ont aussi accumulé certains faux pas. Sous quel président le mur de séparation avec le Mexique a-t-il commencé à être bâti? Sous George W. Bush (puis poursuivi sous les mandats de Barack Obama). Quel président a emprisonné pendant des années, au mépris du droit international, des centaines d’individus ? George W. Bush, et Barack Obama en a maintenu nombre d'entre eux en détention.

Bref, l’objectivité semble un vœu pieux pour certains. On constate le même genre de dérives lorsque certains parlent du président russe Vladimir Poutine. Coupable de tous les maux aux yeux de certains. A-t-il multiplié les exercices militaires aux frontières de l’empire américain ? Que nenni.

A l’inverse, l’OTAN ne cesse d’effectuer des déploiements aux frontières de la Russie. L’accusation d’annexion par la Russie de la Crimée est symptomatique. Ceux-là même qui ont applaudi lorsqu’une Micheline Calmy-Rey a reconnu l’indépendance du Kosovo, malgré les avis négatifs de la Serbie, entre autres, n’envisagent pas un instant qu’une nette majorité des habitants de la Crimée se soient prononcés déjà à deux reprises pour un rattachement de leur province à la Fédération de Russie.

Le pire dans tout cela est encore l’attitude d’un pays soi-disant neutre comme la Suisse, qui ne cesse de s’aligner sur les forces de l’OTAN. Et pendant ce temps, nos élus à Berne regardent ailleurs…

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."