<p>Rédacteur en chef du Temps, (ex-rédacteur en chef de Bilan)</p>

Depuis le 1er janvier 2015, Stéphane Benoit-Godet dirige la rédaction du quotidien Le Temps. Il était le rédacteur en chef de Bilan de 2006 à 2015. Auparavant, il a travaillé pour les quotidiens La Tribune de Genève et Le Temps 1998-2003), journal dont il a dirigé la rubrique économique (fin 2000 à mi-2003). Juriste de formation, Stéphane a fait ses études en France à l'Université d'Aix-Marseille III. 

 

 

Sécurité et frontaliers

Au mieux tout le monde connaît quelqu'un qui s'est fait agresser ou cambrioler, au pire cela vous est arrivé personnellement.» Constat cet été d'une connaissance genevoise que je n'avais croisée depuis longtemps.

A Genève, la campagne pour les élections au Grand Conseil n'avait pas encore débuté. La gauche et la droite ignoraient le débat sur la sécurité. Les élections ont ici une particularité: les partis discutent des combinazione à venir, pas des thèmes qui intéressent la population. Le résultat dans les urnes fut sans appel. Le Mouvement citoyen genevois a trouvé le bouc émissaire idéal. Le frontalier: un être qui n'a pas de sexe, un apatride à qui personne n'ose coller une religion et qui n'a pas de défenseur virulent. Bref, un méchant politiquement correct sur lequel il est facile de se faire les dents. Mais remplacez frontalier par noir ou juif et vous aurez achevé de vous convaincre de la dangerosité de ce débat. Pour autant, faut-il tirer à vue sur le MCG? Non bien sûr. Ce type de mouvement de bric et de broc naît spontanément dans tous les pays à chaque crise, c'est un des bienfaits de la démocratie que de laisser sortir la pression de la cocotte. L'irruption des mouvements populistes joue le rôle de marqueurs de l'embourgeoisement des partis classiques. Et là, il fallait secouer la belle endormie. Car, oui, il y a un problème de sécurité à Genève. Bien sûr, les frontaliers ne jouent dans ce cadre aucun rôle, ils ne font que suppléer au manque de force de travail locale. Quant aux bonnes âmes de la gauche caviar et de la droite commerce équitable, elles peuvent débattre de la réalité du sentiment d'insécurité comme du sexe des anges. Un déséquilibre s'est créé. Pourquoi un des avantages cardinaux du pays devrait disparaître parce que des politiques considèrent comme banal le fait que Genève devienne une grande ville comme les autres? Rudy «tolérance zéro» Giuliani à New York a démontré que la fatalité n'existe pas. Suisse = sécurité. Plus encore que sur la montagne, les banques, les montres et le chocolat, c'est un symbole sur lequel s'est construite la prospérité du pays. Il y a en France voisine des noms à consonance suisse, car il y a un siècle la richesse ne se trouvait pas du même côté de la frontière. Rien n'est acquis pour l'éternité. Aux partis politiques inscrits dans la durée de se mettre au travail.

À nos lecteurs Nouveau responsable marketing de Bilan Laurent Overney a été nommé responsable marketing d'Edipresse Luxe. A ce titre, il s'occupe dès à présent de la mise en avant et de la promotion de Bilan. Laurent a notamment travaillé dans l'édition, la publicité et le marketing pour des groupes tels que Initiative Media, P & G et Tamedia. Bienvenue à lui.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."