Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

SCULTURE/Scandale! La Sainte Bibiane du Bernin a perdu un doigt

Crédits: La Tribune de l'art

C'est à la fois inquiétant et rassurant. Inquiétant parce qu'on déplace aujourd'hui trop d’œuvres d'art, sans toujours mesurer les conséquences possibles. La Sainte Bibiane du Bernin avait ainsi été prêtée à la Galerie Borghèse de Rome pour une exposition sur le sculpteur. Un voyage à hauts risques pour une statue de marbre. Il faut dire que rares sont ceux qui ont vu l'église Sainte Bibiane ouverte dans la Ville éternelle. Elle fait partie des édifices religieux ordinairement sous clef.

Toujours est-il que ce chef-d’œuvre du XVIIe siècle a regagné comme de logique sa niche d'origine. C'est alors qu'est arrivé l'accident. Un de ses doigts a heurté un mur. Il s'est brisé. Mais on pourra le recoller sans en faire une reproduction. La vie est hélas faite d'accidents. Ce fut bien plus grave quand l'un de fleuves du Bernin, conçu pour sa fontaine de la Place Navone, avait été brisé par un acte de vandalisme. Une affaire si oubliée que je n'en ai pas retrouvé trace sur le Net.

Une affaire iinterntionale 

Pourquoi est-ce en même temps rassurant? Parce que cet incident est devenu une affaire internationale. Le scandale a été dénoncé par «La Reppublica», qui n'est pas une feuille de chou. La presse française est ensuite montée aux barricades. Surtout «Le Figaro» et «La Tribune de l'art». Il a fallu un communiqué, par ailleurs bien embrouillé, du surintendant des Biens culturels de Rome Francesco Prosperetti. Il semble heureux qu'une petite lésion à une œuvre d'art puisse encore susciter autant d'émoi. Mais nous sommes en Italie... 

Cela dit, qui était sainte Bibiane? Ou Viviane. Une martyre du IVe siècle. Elle aurait été victime en 363 de Julien l'Apostat. L'empereur philosophe eut aimé que l'Empire revienne au paganisme après un demi siècle pile de christianisme autorisé. L'homme a ensuite été diabolisé par l'Eglise, qui n'y pas allée de main morte. Il semble donc vraisemblable que Viviane, enterrée sus l'actuelle Sainte Marie Majeure, n'ait jamais existé.

Photo (La Tribune de l'art): La statue au moment de sa remise en place. Elle a encore tous ses doigts.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."