Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Scientisme 2.0

«L’immortalité n’est pas dans l’agenda des chercheurs sérieux, pas plus que les vaisseaux spatiaux voyageant à la vitesse de la lumière ne le sont dans celui des ingénieurs aéronautiques», écrit David Stipp dans son best-seller The Youth Pill. La question qui préoccupe la recherche anti-âge aujourd’hui est de trouver les moyens d’augmenter l’espérance de vie en forme à 120 ans. C’est déjà tout sauf simple dans la mesure où la nature ne s’intéresse pas à ce qui arrive aux individus au-delà de ce qui est nécessaire à la survie de l’espèce. Les mêmes mécanismes biologiques qui conduisent à nous amener en pleine forme jusque vers 25 ans se confondent souvent avec ceux qui nous font vieillir ensuite.

Reste que notre espérance de vie a déjà largement dépassé ce que prévoyait dame Nature. Vouloir la prolonger est humain. A condition de rester en forme. C’est ce qui se passe. Selon l’Université Duke, entre 1982 et 2005, le nombre d’Américains qui n’étaient pas atteints d’un handicap les forçant à aller en EMS après 85 ans a augmenté d’un tiers. Le sens de la médecine anti-âge qui se développe depuis quinze ans est d’amplifier ce cercle vertueux. Holistique, elle fait appel à toutes sortes de technologies allant de la génétique à la nutrition en passant par le big data, les objets connectés ou la robotique qui entraînent derrière les industriels, nombreux en Suisse, de ces secteurs.

Toutefois, au-delà des 120 ans qui semblent atteignables, la question change de nature. Elle se pose parce que ce prolongement pourrait donner le temps à une myriade d’innovations de concrétiser leurs promesses. Mais cela supposera des transgressions massives de la biologie, que ce soit par manipulation génétique ou autre hybridation homme-machine. Ces possibilités ouvrent déjà des débats entre bioconservateurs et transhumanistes dans lesquels les croyances, la foi peut-être, ne sont pas absentes.

Une nouvelle foi

La quête de l’immortalité est aussi ancienne que l’humanité. Dans le plus vieux livre connu, l’épopée de Gilgamesh, le roi d’Uruk tente de la trouver. Elle est aussi au cœur de la naissance des religions avec leurs promesses de vie après la mort. Voir cette idée d’immortalité séduire les entrepreneurs de la Silicon Valley, de même qu’une frange significative de scientifiques, est pour le moins troublant. Cela pose la question de savoir si ce transhumanisme n’est pas une religion en gestation? Un scientisme 2.0.

Dans tous les cas, il ne faut pas perdre de vue que cette foi dans les technologies abrite aussi – comme toutes les religions – de puissants intérêts économiques et politiques. D’ici à 2050, le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans va dépasser les 2 milliards et celui de plus de 80 ans dépassera les 400 millions dans le monde (respectivement 2 millions et 1 million en Suisse). L’immortalité ne sera sans doute pas pour cette génération mais, en attendant, ses promesses vont entretenir un vaste marché de la longévité dont la domination est déjà au cœur de la stratégie de nombreuses entreprises.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."