Andreas Ruhlmann

PREMIUM CLIENT MANAGER À IG BANK

Andreas Ruhlmann, diplômé de la John Molson School of Business à Montréal et détenteur du CAIA (Chartered Alternative Investment Analyst), a évolué plus de 10 ans au cœur des salles de marchés de Saxo Bank et de la Banque Nationale du Canada. Il rejoint IG Bank en février 2014 afin de mettre son expérience au profit des clients Premium de la banque.

Spécialiste du marché des devises, des actions et en analyse technique, Andreas développe également de nombreuses formations sur les stratégies de trading, l’analyse graphique, la gestion de risque et la psychologie du trader. Découvrez les formations sur ig.com

Les opinions exprimés dans ce Blog sont celles de Andreas Ruhlmann et non de son employeur.

Salon de l’Auto – Mercedes séduit

En 2015, Mercedes a ravi à nouveau la place de numéro 2 mondial des constructeurs de voiture de luxe qu’elle avait perdue en faveur de Audi en 2010. Et pour cause, sa cure de rajeunissement subie ces dernières années n’a plus à faire ses preuves. L’ère de l’étoile Mercedes plantée sur le capot est bien loin derrière. En ce 86ème salon de l’auto, le stand Mercedes allie avec brio luxe, dynamisme, modernité et technologie de pointe. Son objectif est clair: reprendre la tête du classement détenue par sa rivale bavaroise BMW depuis 2005.

Les ventes de Mercedes et Smart (excluant les camions Daimler) continuent à afficher une croissance à deux chiffres, avec une hausse de 16% depuis le début d’année. Sa gamme de SUV est principalement à l’origine de sa croissance avec une hausse des ventes de 49% le mois dernier.

La GLA fait des ravages dans le secteur très prisé des SUV compacts et sa grande sœur la GLC, tout juste sortie, a tout pour séduire face aux SUV de tailles moyennes telles que l’Audi Q5, la BMW X3, ou encore la Porsche Macan. Aux côtés de la GLC viendra s’ajouter la nouvelle Class E en avril; de quoi maintenir une croissance élevée tout au long de l’année. Géographiquement, les ventes du mois de février étaient globalement solides en augmentation de 27% en Chine, 15% en Europe et 1% en Amérique du nord.

L’action Daimler en perte de 16% depuis le début d’année et de 25% sur un an, a souffert de la baisse générale des actions et surtout à la suite de la tricherie de Volkswagen. La nouvelle en fin février d’une poursuite similaire à celle de VW, n’a pas arrangé les choses. Cependant, il faut bien discerner l’affaire; car il s’agit-là d’une poursuite d’un seul consommateur du New Jersey, propriétaire d’une Mercedes, et non d’un procès impliquant le Département de justice américain, comme ce fut le cas avec VW.

L’action est valorisée à un P/E de 7.2x comparé à sa médiane sur 10 ans de 10.3x, soit à 30% en-dessous de sa moyenne à long terme. Daimler a également annoncé un dividende record de 3.25 euro cette année, ce qui représente un rendement de près de 5%. Compte tenu de la croissance des ventes et de la valorisation, l’action semble hautement attrayante.

Graphiquement le titre a retracé près de 61.8% de toute la hausse depuis le plus bas de 2011 et le sommet de mars 2015. L’action a également fortement rebondi sur la zone de support hebdomadaire majeure entre 57 et 60 euro. Tant que le niveau de  55 euros n’est pas enfoncé, un retour vers 85 puis 96 est envisageable.

Les risques principaux qui compromettraient notre scénario haussier sont une possible escalade de l’affaire judicaire au niveau national et un environnement macroéconomique défavorable. Le secteur automobile est cyclique, et donc parmi les plus touchés en cas de «bear market».

 

 Veuillez noter que les informations présentes dans cet article ne constituent pas une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."