Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

SALON/Beaulieu retrouve ses antiquaires

C'est la 45e édition. Le "Salon des antiquaires" de Lausanne (qui a ajouté à son nom "& des arts du XXe siècle" il y a quelques années) a curieusement vu le jour en 1970, la même année qu'"Art/Basel". La trajectoire des deux manifestation s'est révélée pour le moins différente depuis. Si la création contemporaine s'est imposée de manière absolue, pour ne pas dire absolutiste, celle des siècles précédents se révèle aujourd'hui à la peine. Il faut trouver de nouveaux amateurs pour le meuble ancien, le bibelot de charme et un style rustique qui semble avoir définitivement perdu le sien (de charme, donc!). 

Pour cette foire se déroulant jusqu'au 23 novembre au palais de Beaulieu, le décor s'est donc vu repensé. Des stands traversants donnent des perspectives. L'exposition non commerciale a pris de l'importance et des couleurs. "Autour du Léman", que propose la Bibliothèque de Genève, se joue sur des moquettes aux tons aussi soutenus que divers. Le restaurant s'est vu repoussé en fond de halle. Une manière sûre d'en dissimuler les odeurs. L'appel des sens connaît tout de même ses limites. Il y a partout de l'espace, dû peut-être en partie au nombre restreint des participants. "Aération" semble le mot clef de 2014. Disons-le tout de suite. Sur ce plan-là, il s'agit d'une réussite.

Quelques stands à repenser 

Il aurait bien sûr fallu que tous les exposants jouent le jeu. C'est là que les choses se gâtent un peu. Certains stands se révèlent vieillis, à moins qu'ils ne soient vieillots. Il y a trop de marchandise, parfois moyenne. Peu d'efforts de présentation. A notre époque, qui est celle de l'emballage davantage que du contenu, ce manque de décor semble fatal. Peut-on encore montrer des tableaux sur plusieurs rangs, des méli-mélo de sièges ou des antiques serrés comme s'ils se trouvaient sur un rayon de supermarché? Pour faire le tri, il faut avoir les bons yeux que les visiteurs (900 personnes pour le vernissage) ne possèdent pas toujours. Un certain discernement aussi. Les tableaux et bronzes de Geluck (eh oui, il fait aussi du bronze...) ne vont pas forcément bien avec les poyas découpées de manière arachnéenne par Annie Rosat. 

Plusieurs pièces se détachent pourtant de ce Salon. Je pense à l'extraordinaire tableau abstrait de Fritz Glarner proposé par Charly Bailly. Peint en 1953, il a été montré au MoMA de New York en 1956. Lionel Latham expose deux incroyables vitrines exécutées en 1926 dans un style presque viennois par la maison Jansen. Elles sont entièrement plaquées de nacre. La galerie d'Un monde à l'autre se concentre à bon escient sur une seule ethnie, celle des Baoulés. Robert et Madja Hirt ont réuni un bel ensemble Art Nouveau comprenant un curieux tableau tout en hauteur de Georges de Feure. Quant à Arnaud Tellier, toujours amoureux de la peinture romande de la fin XIXe siècle, il se révèle tout à fait en phase avec la Bibliothèque de Genève...

Sacs et chaussures 

Notons pour terminer que la Nationale Suisse, qui participe toujours au Salon, offre également son exposition culturelle. Il a invité le Musée de la Mode d'Yverdon, qui attend toujours un lieu digne de lui (le Château lui convient fort mal). Sacs et chaussures. Le public peut du coup constater qu'un passage dans une collection publique peut s'opérer très vite chez les gens riches. Il y a déjà, dans une vitrine, des souliers Valentino de l'hiver 2013-2014. Vintage!

Pratique

"45e Salon des antiquaires et des arts du XXe siècle", Palais de Beaulieu, Lausanne, jusqu'au 23 novembre. Tél. 021 643 33 00, site www.salondesantiquaires.ch Ouvert de 11h à 20h, le jeudi 20 jusqu'à 22h, le dimanche 23 jusqu'à 19h. Tapisserie d'après Georges Devêche sur le thème des saisons, vers 1955. Chez Lionel Latham.

Cet article va avec celui sur l'exposition au Salon de la Bibilothèque de Genève, situé juste en dessous. Prochaine chronique le mardi 18 novembre. Pour en finir avec "Paris-Photo".

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."