Guerdatnatachanb Web 0

COFONDATRICE DE CONSER INVEST ET DE SUSTAINABLE FINANCE GENEVA

Natacha Guerdat est associée fondatrice de Conser Invest, un conseiller en investissement et un gérant d’actifs entièrement dédié à la finance durable et à l’investissement responsable, dans lequel elle est en charge de la gestion et de la sélection de fonds. Natacha est au bénéfice de plus de 10 années d'expérience dans la finance durable. Elle a officié en tant que gérante de portefeuille sur la thématique durable au sein d'une banque privée. En charge du suivi du secteur des énergies alternatives, elle a géré un fonds d'investissement qui investit dans les technologies propres liées à l'énergie, l'eau et au traitement des déchets. Natacha est cofondatrice de "Sustainable Finance Geneva", une association dont l'objectif est de promouvoir la finance durable. Elle est détentrice d'un Master en relations internationales de l'Institut des hautes études internationales et du développement à Genève (HEID).

Sale climat autour du changement climatique

Vendredi 27 septembre dernier était adopté le 5ème rapport d’évaluation du changement climatique du GIEC, un groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Avec la publication de ce rapport, resurgissent certaines interventions de la clique des climato-sceptiques. Ce mouvement, né au Etats-Unis dans les années 1980, conteste la réalité d’un réchauffement de la planète, plus encore en lien avec des activités humaines. Pourtant, outre-Atlantique, ces thèses peinent à convaincre. Les grandes catastrophes (ouragans, incendies et autres inondations) dont ils ont été récemment victimes sont autant d’événements qui ont interpellé le public américain. D’autre part, le financement par l’industrie d’extraction fossile de certaines interventions de Think Tank climato-sceptiques, dont le très conservateur Heartland Institute, apporte un discrédit à cette mouvance.

Le déni du changement climatique semble donc s’estomper, et le débat se concentrer plutôt sur les mesures à prendre et l’urgence de leur mise en œuvre et non pas leur nécessité. On s’étonne dès lors de la ligne éditoriale du dernier Entreprise, la publication genevoise de la fédération des entreprises romandes. Une large et dominante place est en effet donnée aux thèses climato-sceptiques et laisse entendre que le consensus scientifique est loin d’être atteint.

Au-delà de ce débat stérile sur les origines du dérèglement, les défis existent bel et bien. Notre économie doit s’adapter à des changements structurels importants. Notre consommation est sur-dépendante au pétrole, qu’il s’agisse de besoin énergétique, chimique ou agro-alimentaire. Mettons nos efforts à soutenir et trouver des solutions novatrices qui nous permettront de vivre plus nombreux avec moins de ressources, qu’elles soient fossiles, hydriques ou alimentaires.  

Il ne s’agit pas de préservation de la biodiversité ou de la forêt tropicale et de ses tribus indigènes, les conséquences sont une menace aussi bien pour la sécurité et la santé de notre société !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."