Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

ROUEN/Le Musée des beaux-arts célèbre "Le temps des collections 5"

Crédits: TV Normandie

En 2011, Sylvain Amic quittait Montpellier, où il s'occupait des collection du XIXe siècle du Musée Fabre. A 44 ans, il succédait à Laurent Salomé à la tête du musée des beaux-arts de Rouen et de ses annexes. Un premier poste directorial dans une belle ville, dont le musée avait été restauré par Andrée Putman, ce qui n'est pas rien. Reste qu'il lui faut faire beaucoup avec peu. Rouen ne suinte depuis longtemps plus la richesse. En se promenant dans cette cité oubliée des TGV, le visiteur a l'impression, en levant le nez, que les maisons qui ne sont pas à louer sont à vendre. 

Si les budgets d'acquisition ont été limés, puis quasi coupés, le Musée des beaux-arts peut organiser chaque année une grande exposition d'été. Le public y voit en général des impressionnistes. Monet n'a pas peint la cathédrale locale pour rien. Notez que cet été, le musée rajeunira les cadres, ce qui semble après tout normal pour un lieu voué à la peinture. Dès le 1er avril, et ce n'est pas une farce, Rouen passera une «Saison avec Picasso» en trois volets. Le Musée des beaux-arts présentera «Picasso à Boisgeloup», le château de l'Eure où l'artiste travailla loin de sa despotique épouse au début des années 1930. Le Musée Le Secq des Tournelles, voué aux arts du métal, racontera «Une amitié de fer». Celle qui unissait Picasso et son compatriote Julio Gonzalez. Les poteries du maître prendront enfin place au Musée de la Céramique.

Deux occasions de visite par an 

Une occasion de visiter le musée par an, c'est peu. Sylvain Amic a donc imaginé avec son équipe un «Temps de collections». Il va de l'automne à la fin du printemps. C'est le moment d'organiser une demi douzaine de «dossiers», donnant chacun lieu à un accrochage. Tout l'espace de l'institution, qui constitue au propre comme au figuré un grand musée, se voit utilisé. Le public doit traverser l'ensemble des salles, ou presque, afin de passer d'un sujet à l'autre. La chose fonctionne bien. La preuve! L'actuelle mouture est déjà la cinquième. Il aura ainsi été mis en évidence 500 œuvres, la plupart sortant des réserves. Les emprunts se voient limités au maximum. Il s'agit bien de donner l'illusion de la richesse. 

Quels sont les sujets de 2016-2017? Les enrichissements, justement, pour commencer. Ils se révèlent de plusieurs ordres. Un amateur a donné un portrait de la fin du XVIe représentant Henri III. La chose permet de revisiter, au propre comme au figuré, l'image d'un souverain très décrié depuis son époque. Il héritait d'un royaume ingérable, miné par des guerres de religion. «Il eut été un bon prince s'il avait rencontré le bon siècle», écrivait alors Pierre de l'Estoile.

Dons familiaux 

Une famille d'amateurs se défait peu à peu de collections entassées sur quatre générations. Les musées de Rouen bénéficient de ses largesses. Jean-Claude Delauney et sa sœur Danielle se voient remerciés par deux chambres, au contenu délicieusement hétéroclite et brin suranné. On  y note une préférence pour des genres comme l'argenterie ou la porcelaine. Dans un tout autre style, les héritiers de Jean-François Auburtin (1866-1930) ont donné neuf de ses œuvres. C'est le prétexte idéal pour présenter cet artiste méconnu, à mi-chemin entre symbolisme, japonisme et classicisme. Une jolie découverte. Le Musée Le Secq des Tournelles a enfin reçu 91 instruments de poids et mesure. Ils ne pouvaient pas mieux tomber. 

Afin de compléter, le Musée des beaux-arts invite à se pencher sur ses cadres anciens, trop souvent regardés sans être vus. Il a demandé à des universitaires de plancher sur «La flagellation du Christ» du Caravage, un de ses joyaux acquis en 1952. C'est très intellectuel. Le musée ayant enfin entrer une toile de François Jouvenet montrant une fausse gravure derrière une fausse vitre brisée, il s'interroge sur ce genre de «Trompeuses apparences», très fréquentes dans l'art des XVIIe et XVIIIe siècles. Là, il y a beaucoup d'emprunts, mais il s'agit d’œuvres ordinairement jugées mineures.

Le public commissaire

Les précédentes années, comme bonus, un commissaire extérieur venait faire son marché dans les collections. Ce fut Christian Lacroix ou Agnès Jaoui. C'était parfois bon (Olivia Putman). Parfois mauvais (Laure Adler). Rien de ça en 2016-2017. L'invité, c'est le public. C'est lui qui a choisi, en votant, ce qui devait ressortir pour quelques mois des caves. Il y a du coup «La chambre des visiteurs». 

Voilà. J'espère n'avoir rien oublié. Je terminerai donc en vous disant , après vous avoir invité à cette promenade, que «le quartier des musées c'est parti!». Les six musées se trouvant dans un périmètre compact, au cœur de la ville, formeront un tout cohérent. Pour le moment, on refait la place devant l'esplanade du musée vouée à Marcel Duchamp, qui est d'ici. Notez que ce n'est pas le seul dissident de Rouen. Une plaque récente, sur une petite maison de la place, le prouve. C'est là que Maurice Leblanc écrivait ses Arsène Lupin.

Pratique 

«Le temps des collections», Musée des beaux-arts, esplanade Marcel-Duchamp, Rouen, jusqu'au 21 mai. Tél. 00332 35 71 28 40, site www.mbarouen.fr Ouvert tous les jours, sauf mardi, de 10h à 18h.

Photo (TV Normandie): Sylvain Amic présentant l'édition 2016-2017 de "Le temps des collections".

Ce texte est compété par deux autres sur des expositions rouennaises.

Ces articles remplacent le sujet initialement prévu sur le finacement propre des musées. Il passera demain mardi 31 janvier.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."