Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

ROME/Mosaïque fasciste refaite. Aucun problème! C'est de l'histoire

Crédits: Fondazione Paola Droghetti, Rome 2018

Il y aurait eu en Allemagne une levé de boucliers. La presse se serait insurgée. Des intellectuels auraient tous eu quelque chose à dire. Il suffit de penser au foin que fait à Munich le Haus der Kunst de Munich, qu'il s'agit aujourd'hui de restaurer à grands frais. Le bâtiment date de 1937. Il remonte donc au milieu de l'ère nazie. A Paris, l'exposition au Mobilier National des tapisseries tissées à Aubusson pour Pétain et Göhring pose aujourd'hui problème. Il y a eu des plaintes. En Italie, il n'en va pas de même, et les dernières élections n'y sont pour rien. L'architecture, la peinture, la sculpture et les arts décoratifs de l'époque mussolinienne (entre 1922 et 1943) sont aujourd'hui devenus des classiques.

La Fondazione Paola Droghetti vient pourtant de faire très fort. Elle a financé la réfection, à l'Instituto Storico e di Cultura dell'Arma del Genio, d'une grande mosaïque intitulée «Il Pioniere», autrement dit «le pionnier». Réalisée tout au début des années 1940, l’œuvre montre un soldat romain antique serrant une aigle impériale en même temps qu'un combattant de la guerre de 1940 (l'Italie n'est entrée que tardivement dans le conflit armé). Main dans la main. Mesurant trois mètres cinquante de haut, la réalisation installée au Salone di Giulio Cesare souffrait de perte de tesselles et de déformations. Tout a été faut dans les règles de l'art après une étude et un accord de 2016 entre le Mibact (Ministère des Biens culturels) et l'Armée. Le coût de l'opération reste inconnu. La Fondazione Paola Droghetti n'en dit en tout cas rien sur son site.

Un mosaïste très engagé 

L’œuvre est due aux ateliers de Giuseppe Ciocchetti, actifs jusqu'en 1964. Le moins qu'on puisse dire est que ce monsieur était proche du Duce. En 1933, il avait licencié tous ses ouvriers (et il en avait beaucoup) refusant d'adhérer au parti fasciste. Chiocchetti a notamment travaillé au célèbre «Stade des Marbres» souvent reproduit en photos. On en connaît les mosaïques belliqueuses en blanc sur fond noir. Une polémique a eu lieu à leur propos en 2015. Une députée demandait la suppression du mot «Duce». Le gouvernement avait répondu par la négative. «La damnatio memoriae est la pire réaction possible face au poids de l'Histoire.

Pour l'instant du moins, l'affaire ne fait donc aucune vague au Sud des Alpes.

Photos (Fondazione Paola Droghetti): «Le pionnier», fragment.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."