Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

ROME/Matteo Renzi voile les statues du Capitole pour la visite iranienne

Crédits: Capture d'une vidéo du "Corriere della serra"

L'argent n'a pas d'odeur. On parle en revanche de sa couleur. Les pays européens comptent donc bien la voir, cette couleur, après la visite d'Hassan Rohani, le président iranien. A l'heure où la Chine toussote et où les Etats-Unis ne possèdent pas toute la santé économique voulue, la tournée du chef d'un pays redevenu curieusement fréquentable prend des allures de passage du Père Noël. Il y a des milliards de commandes à la clef. 

Seulement voilà, ce Père Noël reste musulman chiite. La protocole pose du coup des problèmes. Surtout en Italie, apparemment. La visite du monsieur au Capitole a déclenché une campagne de pudeur. Toutes les statues antiques ont été voilées (ce qui n'a rien d'étonnant dans le monde islamique), ou plus exactement masquées par des paravents blancs.

Déculottage 

Si elle a fait peu de bruit dans les médias francophones, l'affaire a déchaîné les passions en Italie. «A Rome, fais comme les Romains», disaient les Anciens. Le gouvernement transalpin a tenté de calmer les esprits en disant qu'il n'avait pas voulu heurter la sensibilité d'un homme pieux. Un homme qui se montre, soit dit en passant nettement moins sensible sur la question de la peine de mort. L'opposition, elle, s'est déchaînée en oubliant que Silvio Berlusconi, qui n'a lui rien d'un saint homme, avait fait repeindre un Tiepolo jugé indécent (1). Selon elle, en rhabillant l'art classique, Matteo Renzi se serait déculotté. 

On peut le comprendre. La statuaire romaine, comme la peinture de la Renaissance, marquent l'apothéose d'un pays qui n'est aujourd'hui plus au top. La cacher, c'est se rabaisser, tout en favorisant les dérives. On sait jusqu'où a fait dériver, en Syrie ou en Irak la haine de toute culture figurative. Notez qu'on en est pas là à Téhéran. La capitale a même rouvert il y a peu son musée d'art moderne, voulu par la dernière shabanou Farah Diba, au temps du shah.

Et l'alcool? 

Il fallait aussi vérifier les tables. Renzi y a banni le vin, pour complaire à son hôte. Si j'ai bien lu, François Hollande n'en a pas fait autant. Le repas a été annulé. Au plus fort de la crise économique actuelle, l'Elysée a vendu une partie de ses caves. Il doit tout de même rester les bonnes bouteilles. 

Y a-t-il quelque chose à ajouter? Oui. Quelques journaux très perfides de la Péninsule ont dit qu'on avait moins de foin pour la visite du pape François à Turin en 2015. Les pontifes sont devenus très prudes depuis le XVIIIe siècle. Les autorités avaient alors décidé de voiler les affiches annonçant l'exposition Tamara de Lempicka, dont je vous ai parlé. La femme peintre des années 20 était trop érotique pour le successeur de saint Pierre.

Hypocrisie italienne

On sait qu'au sujet de Sa Sainteté les avis se font partagés. Oliviero Toscani, connu pour ses affiches destinées à la publicité de Benetton, pense ainsi que la présence du pape constitue une Croix à porter pour les Italiens, condamnés à l'hypocrisie. C'était du reste le sujet profond de la «La Dolce Vita» de Fellini, il y a plus de cinquante ans. Un film mis comme il se doit à l'index par l'Eglise... 

(1) La femme nue voilée par Berlusconi en 2008, comble de malchance, représentait la Vérité. Une vérité que Silvio redoute particulièrement.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."