Jean Romaine

PRÉSIDENTE DE LA FONDATION HIRONDELLE

Romaine Jean est présidente de la Fondation Hirondelle et consultante indépendante. Elle a été rédactrice en chef des magazines, cheffe de la rubrique politique et présentatrice du 19.30. Elle a lancé notamment les émissions "Infrarouge", "Coulisses de l'évènement" et "Toute une vie" et présenté l'émission "forum des Européens", sur Arte. Elle est licenciée en sciences politiques.

Géraldine Savary: un immense malaise

La fin précipitée de la carrière de Géraldine Savary, à un an de la présidence du conseil des états, soulève un immense malaise.

La fin précipitée de la carrière de Géraldine Savary, à un an de la présidence du conseil des états, soulève un immense malaise. On lui reconnaissait de la droiture et du talent, couronnés par de brillantes élections. La politicienne vaudoise a été abandonnée par les siens. Le mainstream a fait le reste. Imprécisions, amalgames, absence de recul, l’effet de meute a joué à plein. Rien n’obligeait l’élue vaudoise à abandonner ses fonctions. Rien, si ce n’est « la pression médiatique ». « Je n’ai plus la force », a-t-elle dit. Malaise !

Mais reprenons le dossier et les faits connus.

Il y a tout d’abord ce voyage en Sibérie, «révélé» par le Tages Anzeiger, en début d’été. Offert par Frederik Paulsen? Un milliardaire de la pharma, au bénéfice d’un forfait fiscal, qui soudoie une élue de gauche? Avouez que l’affiche était belle! Sauf qu’elle était fausse! Quelques centaines d’articles, de débats, de commentaires, de tweets, de posts, d’avis d’experts plus loin, la justice vaudoise a BLANCHI Géraldine Savary. Il n’y a eu «aucune infraction», l’élue a «assumé personnellement ses frais de voyage». Il n’y a eu «aucune acceptation d’avantages». Un journaliste d’enquête certifiait pourtant, sur le plateau du 19.30, que deux participants au moins, anonymes …, n’avaient payé qu’une partie de leurs frais. On attend toujours qu’ils sortent du bois !

Il y a eu ensuite, pour Géraldine Savary, une invitation à Grenade. Montant du cadeau: quelques centaines de francs. Les contribuables ont-ils été lésés? NON. Est-ce pénal? NON. «Les investigations n’ont pas révélé l’existence d’un avantage au sens de la loi», dit le ministère public vaudois. Y-a-t-il eu contreparties, corruption, déviance de la ligne politique? NON. Frederik Paulsen est-il un homme suspect? NON, jusqu’à preuve du contraire. A-t-il acquis illégalement sa fortune, est-il dans la drogue, les armes, intervient-il dans le débat politique, a-t-il des opinions racistes? NON, NON, NON. Paulsen est un capitaine d’industrie, à la tête de Ferring Pharmaceuticals, parmi les leaders mondiaux de la lutte contre l’infertilité. Il est l’un des premiers hommes à avoir atteint les huit pôles de la planète, membre d’un club fermé d’explorateurs hors-normes, ou l’on trouvait Neil Armstrong. Il a financé deux chaires de l’Epfl, des recherches dans le Léman et est une figure du cercle de l’Opera de Lausanne, qui n’est à priori pas un repère de brigands!

Peu importe, l’enchainement infernal n’a laissé aucun répit à la politicienne vaudoise.

Restait le financement de la campagne fédérale du ticket Géraldine Savary-Luc Recordon, le vert vaudois, dont on rappellera au passage qu’Il a eu la rare élégance de laisser son siège à sa coprésidente Adèle Thorens. Un dossier géré par une section socialiste vaudoise à l’amateurisme confondant. Il n’y a pas de transparence dans le financement des campagnes politiques en Suisse. Les candidats ont reçu des dons de 15'000.- et 10'000.-  de ce même Paulsen, en 2011 et 2015. A deux! Des sommes dérisoires, en comparaison internationale et même suisse. En dessous du seuil fixé par l’initiative de la gauche qui souhaiterait contraindre les candidats à déclarer leurs dons! Le Watergate avait une autre gueule!

La photo de Géraldine Savary est apparue, semaine après semaine, aux côtés de celle de Pierre Maudet ou de municipaux genevois, au comportement autrement plus inquiétant. Amalgame, erreurs.

  • «Mais enfin, vous vous êtes fait financer des voyages», lui a dit un soir une présentatrice radio.
  • «Pardon chère Madame UN voyage ...», a rectifié une Géraldine Savary, à bout de force, brûlée sur l’autel de la fureur publique.

Des années d’engagement sans faille sont ainsi parties en flammèches. Sa démission a du panache, dit-on aujourd’hui. Au moins ça!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."