Colin Xavier

JOURNALISTE

Xavier Colin est journaliste, chercheur associé au GCSP, le centre de politique de sécurité de Genève, fondateur de GEOPOLITIS et ambassadeur de Terre des hommes.

Richie Rich!

C’était un film américain de 1994. L’histoire d’un fils de famille (RICHe), prénommé RICHie, tellement RICHe qu’il avait obtenu de son milliardaire de papa la construction d’un McDo – pour lui tout seul – dans le jardin familial surnommé, terminologie oblige, RICHieland!

Coluche, grand amateur de bourRICHes, avait remarqué: «Dieu a tout bien fait: les riches ont de la nourriture. Les pauvres ont de l’appétit!»

Pas de tRICHe! Restons dans le domaine du cinéma. Qui était la vedette d’If I were a RICH man? Le chanteur Lionel RICHie (plus de 100 millions de disques), l’acteur Claude RICH (plus de 100 films) ou feu le négociant Marc RICH (plus de 1 milliard de dollars de fortune)?

Allez, ne vous montez pas le bourRICHon! N’allez ni à RICHterswill, dans le canton de ZuRICH, ni en AutRICHe pour défRICHer ce dossier somme toute maigRICHon: n’est-ce pas RICHelieu qui remarquait: «Savoir dissimuler est le savoir du roi!» Le roi? Lequel?

RICHard Cœur de Lion, personnage qu’auraient pu interpréter un eRICH von Stroheim ou un RICHard Burton?

Mais au fait, qu’est-ce que la RICHesse? Celle de l’argent et de l’or? Ou celle du talent? N’est-ce pas là, dans la virtuosité ou la sensibilité, le seul capital qui compte? D’autant que ce talent est de nature, lui, à enRICHir le public. Par exemple, sur l’échelle de RICHter des merveilleux pianistes, sans remonter à Sviatoslav RICHter, comment ne pas citer la RICHesse musicale d’une – trop rare – Martha ArgeRICH?

Et les peintres? En quadRICHromie, voudra-t-on se souvenir d’Alfred William RICH, coloriste anglais de la fin du XIXe siècle? Ou de Léon RICHet, peintre paysagiste français de la même époque? Un sculpteur?

Admirez Ligier RICHier, un sculpteur lorrain du début de la Renaissance venu finir ses jours à Genève en 1567. Dans la plus extrême pauvreté… RICH man, Poor man: c’était un feuilleton américain des années septante. Inspiré d’Oscar Wilde qui affirmait: «Il n’y a qu’une catégorie de gens qui pensent plus à l’argent que les RICHes, ce sont les pauvres!»

Souhaitez-vous décliner le concept-même de RICHesse, lettre par lettre? Etonnant! Vous obtiendrez, entre autres combinaisons: R comme Ressource, I comme Investissement, C comme Capital, H comme Holding, E come Esthétisme, S comme Splendeur, S, encore, comme Surabondance, et, enfin, E comme Eclat!

RICHe en symboles positifs, la RICHesse! Et pourtant, qui lançait, un brin provocateur, cette improbable menace: «Je vais distribuer jusqu’à ce que les pauvres se réjouissent de leur RICHesse»?

Réponse: un certain FriedRICH Nietzsche, qui, à l’époque ne demeurait point à l’hôtel RICHemond, et n’avait certes pas eu à disserter sur le traité de MaastRICHt. Eût-il eu, par ailleurs, l’occasion de rencontrer l’écrivain Jean-Paul RICHter qu’il en serait sorti avec cette intime conviction (reprise plus tard par Nicolas Bouvier): «De la RICHesse et de la santé, on ne jouit qu’après les avoir perdues et retrouvées!»

Retrouvé? Ça y est! Sonnez, trompettes de JéRICHo! Dans If I were a RICH man, c’est Ivan Rebroff qui chante: «Ah, si j’étais RICHe», et dans la version: «Si j’avais des millions», c’est Dalida. Pas Jean-Pierre Foucault.

Autre chanson, autre variation sur ce thème de l’opulence: Baby, you’re a RICH man! C’était une musique et des paroles… des Beatles, en 1967. Une petite merveille signée Paul McCartney. Une belle leçon de morale, aussi: cette chanson était enregistrée sur la face B d’un microsillon au titre archiconnu et qui avait des «airs» d’antidote (à l’argent): All you need is love!

Love? Money? Nous y sommes: des millions, oui, mais pour quoi faire? Dans Les vraies RICHesses, Jean Giono ne conclut-il pas: «La RICHesse de l’homme est dans son cœur; c’est dans son cœur qu’il est le roi du monde!»?

Pauvres RICHes! Vrai? Ou plutôt: «RICHtig?»

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."