Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

RENTRÉE / Que voir cet automne? Ma triple liste

Qui dit rentrée pense pêle-mêle livres, festivals, films et expositions. Une déferlante. Un tsunami. De la culture jusqu'à l'absurde. Je ne traiterai ici que des beaux-arts avec des choix personnels, et donc contestables. Plusieurs listes me semblent cependant nécessaires. Il faut penser au grand public, aux gens plus pointus et aux amateurs d'événements. J'ai formulé à chaque fois, à partir de l'infini des possibles, cinq propositions. 

Les blockbusters

1) "Mark Rothko", Gemeentemuseum, La Haye, du 20 septembre au 18 janvier. L'un des artistes américains les plus populaires et les plus chers. La dernière grande rétrospective européenne restait celle du Musée d'Art moderne de la Ville de Paris en 1999. Un énorme succès.

2) "Jeff Koons", Centre Pompidou, Paris, du 26 novembre au 27 avril. On aime ou on n'aime pas la création kitschissime de l'ancien trader devenu artiste. N'empêche que tout le monde voudra voir la totale, offerte par la France après le Whitney de New York et avant le Guggenheim de Bilbao.

3) "Ming, les 50 ans qui ont changé la Chine", British Museum, Londres, du 18 septembre au 5 janvier. Les années 1400 à 1450, relues sur un plan aussi bien historique qu'artistique. Attention tout de même! Les expositions du musée ne brillent guère par la qualité de leur mise en scène.

4) "Rembrandt, Les dernières années", National Gallery, Londres, du 15 octobre au 28 janvier. L'année 2006 avait vu une floraison d'exposition dédiées à l'artiste pour les 300 ans de sa naissance. Voici un approfondissement sur sa période la plus riche et la plus proche de notre goût.

5) "Velázquez", Kunsthistorisches Museum, Vienne, du 28 octobre au 15 février. Le musée détient la seconde collection du génial Espagnol après le Prado madrilène. Il pouvait donc se lancer dans cette entreprise presque impossible. L'exposition viendra à Paris en mars 2015. 

Les idées originales

1) "Egon Schiele-Jenny Saville", Kunsthaus, Zurich, du 10 octobre au 18 janvier. Tout le monde connaît l'Autrichien tourmenté, disparu prématurément en 1918. Les Continentaux ont en revanche peu entendu parler de la Britannique, née en 1970. Leur univers peuvent pourtant se rejoindre.

2) "Hokusai", Grand Palais, Paris, du 10 octobre au 18 janvier. Le plus connu des graveurs japonais, mort à 89 ans en 1849. Il s'agira d'une sélection opérée dans une production torrentielle, comprenant des paysages et des scènes de genre. Le dernier "Hokusai" européen restait celui de Milan en 1999.

3) "Sade, Attaquer le soleil", Musée d'Orsay, Paris, du 14 octobre au 25 janvier. Mort en 1814, l'écrivain devait être honoré à la Bibliothèque Nationale. Elle a jeté l'éponge. Voici à la place une exposition sur le sadisme en art. On parle déjà d'"audace extrême". Mauvais signe...

4) "Peinture de Sienne", Bozar, Bruxelles, du 10 septembre au 18 janvier. Avant d'être annexée par sa rivale Florence, la République de Sienne a produit au XIVe et au XVe siècles un art très original, resté proche des modèles byzantins. Voici Duccio, Simone Martini et leur descendance picturale.

5) "Anselm Kiefer", Royal Academy, Londres, du 27 septembre au 14 décembre. Membre honoraire de l'illustre académie, l'Allemand septuagénaire n'est pas si souvent exposé que ça. Le format de ses créations actuelles décourage sans doute les institutions. La RA est heureusement immense! 

Les événements

1) La Biennale des Antiquaires, Grand Palais, Paris, du 11 au 21 septembre. La foire classique la plus chère s'ouvre cette fois aux contemporains et surtout aux bijoutiers. La sélection s'est voulue rigoureuse. Il n'y aura que 90 exposants, dans un décor de Jacques Grange.

2) Lancement du MEG, Genève, le 31 octobre. Le musée d'ethnographie genevois rouvre enfin ses portes après des années de fermeture. On inaugure les nouveaux espaces semi-permanents souterrains et on vernit la première grande exposition, consacrée à l'art précolombien.

3) Ouverture du Musée des Confluences, Lyon, mi décembre. Le chantier pharaonique entrepris par Coop Himmelblau arrive à bout touchant. Pour ce qui est de l'intérêt public, il faudra sérieusement rallumer la flamme. On ne sait toujours pas très bien de quoi il s'agit vraiment...

4) Réouverture du Musée Picasso, Paris, 25 octobre. L'Hôtel Salé avait fermé pour de brèves interventions. Les retards se sont accumulés, tout comme les problèmes de personne. La rumeur veut que rien ne soit vraiment prêt dans l'institution reprise en catastrophe par Laurent le Bon.

5) Les galeries d'art décoratifs continentaux du Victoria & Albert, Londres, décembre. Le département avait aussi fermé, il y a quelques années, pour un rafraîchissement. Les collections des XVIIe et XVIIIe siècles sont sublimes. Espérons que l'actuelle annonce de réouverture est la bonne. 

Voilà. Il manque à la sélection aussi bien "Niki de Saint-Phalle" au Grand Palais parisien que " Late Turner" à la Tate Britain. Mais, au risque de me répéter, je le redis. C'est un choix!

Photo (DR): Un portrait de Velásquez présenté à Vienne avant Paris. Il vient du "Met" de New York.

Prochaine chronique le samedi 30 août. Fleur Pellerin est ministre de la Culture en France. Et alors? Le poste n'a plus eu de titulaire digne de ce nom depuis vingt ans. Rétrospective catastrophe.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."