Marjorie Thery

JOURNALISTE À BILAN

Réformer l’aristocratie syndicaliste

France Réforme des retraites, des institutions, de la SNCF... La France tente d’adapter ses structures vieillissantes à un monde qui change. Avec plus ou moins de succès. Et surtout beaucoup de conflits, comme avec ce mouvement de grève sans précédent des transports ferroviaires, qui a commencé début avril et devrait durer… jusqu’à l’été. Le problème de fond provient pourtant moins d’un trop-plein que d’une absence de réforme. En l’occurence, d’une réforme de la représentativité et du pouvoir des syndicats. 

A la SNCF, moins de 20% des employés sont syndiqués. Au niveau national, le taux de syndicalisation stagne autour de 10% depuis les années 1990, l’un des niveaux les plus faibles de l’OCDE. Et il ne dépasse pas 5% dans les PME de moins de 50 salariés. Pire: selon une enquête du Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, seulement 26% des Français feraient confiance aux syndicats pour défendre leurs droits. 

D’après un autre sondage de l’institut TNS Sofres en 2015, près de 70% des Français estiment que les syndicats sont mal adaptés au monde d’aujourd’hui et les jugent trop politisés. Malgré cette faible représentativité, un désaveu grandissant et une fracture idéologique de plus en plus documentée, les syndicats disposent toujours d’une puissance de feu considérable. Si la France veut progresser, une réforme de cette aristocratie syndicaliste est incontournable.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."